Dernière mise à jour 23/04/2017 Retour au sommaire

CONSEILS AUX ÉTUDIANTS

par

Philippe le Tourneau

Professeur émérite de la Faculté de Droit de Toulouse 1 Capitole
Lauréat de la Faculté de Droit de Paris, de l’Institut catholique de Paris, de la Délégation générale à la Langue française, de l’Académie de législation, et de l’Institut (Académie des Sciences morales et politiques)



SOMMAIRE DES CONSEILS AUX ÉTUDIANTS

I. - Généralités
II. - Des examens
III. - De la langue française
IV. - De quelques usages élémentaires
V. - Quelques maximes, expressions et mots latins++
VI. - De la méthode cartésienne
VII. - Prière de saint Thomas d’Aquin avant l’étude
VIII. - Considérations finales

A l’origine, ce document était distribué à mes étudiants lors du premier cours de chaque année universitaire (il a été modifié depuis assez souvent, et continue de l’être régulièrement).

I. - GENERALITES

L’homme n’est pas seulement une intelligence, c’est aussi une sensibilité. Aussi, pour comprendre et pour apprendre, si vous ne faites appel qu’à un seul aspect, l’intelligence, c’est-à-dire le cerveau, la tâche sera ardue. Il faut y mettre le second, l’affectivité, c’est-à-dire le coeur. Comment ? En aimant votre travail, en y cherchant le côté curieux, original, passionnant, etc. La joie du travail, associant celle de l’esprit (dilatatio cordis), et celle du cœur (dilatatio mentis), selon une formule de saint Bernard (1091-1153). Cela change tout !

Tout étudiant en droit doit être capable de s’exprimer oralement et par écrit de manière correcte et précise ; de comprendre la teneur de documents (lois, décrets, arrêtés, contrats, jugements et arrêts, articles de doctrine) ; enfin de raisonner. Aussi, je ne puis en commençant que vous inciter à développer vos capacités dans ces divers aspects. L’intelligence n’est pas une donnée stable et figée. Plus elle est sollicitée plus elle augmente. Soyez actifs : Ayez la volonté d’agir de la sorte, de vous améliorer, de comprendre et d’apprendre ! C’est votre avenir que vous préparez... (j’en profite pour relever que vous travaillez pour vous, non pour les professeuers ! Une grève d’étudiants est donc à proprement parler impossible, puisque celle-ci s’exerce à l’encontre d’un employeur, pour lequel le salarié travaille, afin d’obtenir de lui certains avantages ; généralement, les « grèves » d'étudiants sont des caprices d’enfants gâtés - les étudiants des pays occidentaux sont des privilégiés -, manipulés par des mouvements politiques. - Un étudiant Français coûte plus de 7.000 euros par an à la Nation, sans compter les frais médicaux ni les bourses).

Créez-vous le plus grand nombre possible d’abréviations personnelles pour vos notes de cours. Lorsque vous n’avez pas pu écrire quelque propos qui semble important, ne prenez pas plus de retard, et ne perturbez pas les autres en demandant des précisions à vos voisins : attendez la fin du cours. Ne changez pas de stylo ou de feutre pour mettre les titres en couleur, cela risque de vous faire perdre le fil du discours : il sera temps, chez vous, de les souligner de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel ou de les encadrer à votre façon. Ne cherchez pas à transcrire la substance des articles du code civil que votre maître lit. Dans votre intérieur, vous pourrez les copier et, plus encore, les méditer.

Apprenez vos cours au fur et à mesure. N’attendez pas la fin du semestre, même si vous êtes doué et doté d’une bonne mémoire ! Lorsqu’un point vous semble obscur ou incertain, consultez un manuel. Toutefois, il ne s’agit pas d’apprendre bêtement, par cœur, pour savoir à tout prix et à tout va, mais d’apprendre pour mieux être et pour pouvoir agir efficacement (dans la recherche du bien commun). Comprendre implique d’intérioriser les idées et les connaissances.

Certains ont besoin, pour apprendre et se souvenir, de se réciter, voire de se chanter de façon rythmée la matière : Qu’ils le fassent à la maison.

Chaque fois qu’est cité un article du code civil ou d’une loi (ou la référence à un article), lisez-le et relisez-le, en prêtant bien attention au vocabulaire. De même, dès que vous rencontrez un terme juridique, consultez un dictionnaire de droit. Créez-vous, au fil des jours, un petit dictionnaire personnel. Cherchez toujours la raison des règles juridiques que vous rencontrez.

Apprenez à rédiger, en vous exerçant par des devoirs dans les séances de Travaux dirigés, ou par des exercices libres que vous soumettrez à vos proches. Ecrire, écrire encore, écrire toujours, telle devrait être votre devise. Ecrire des résumés des cours (et des articles de la doctrine), les questions qui peuvent être posées, les réponses qu’elles méritent, etc. - Lorsque vous citez un auteur vivant, son nom doit être précédé de Monsieur ; quand il s’agit d’un auteur décédé, utilisez simplement son patronyme (exemple : Raynaud). Avant de traiter une question, situez là et donnez une définition.

Lisez, lisez beaucoup ; lisez de bons maîtres du Droit et les grands auteurs non juridiques. « L’étude des textes ne peut jamais assez être recommandée ; c’est le chemin le plus court, le plus sûr et le plus agréable pour tout genre d’érudition ; ayez des choses de première main, puisez à la source ; maniez, remaniez le texte, apprenez-le de mémoire, citez-le dans les occasions, songez surtout à en pénétrer le sens dans toute son étendue et dans ses circonstances » (La Bruyère). Relisez notamment Racine pour la mesure et la discipline de l’écriture, La Rochefoucauld pour l’art des formules, Voltaire pour la clarté de l’expression et la transparence, Chateaubriand (des Mémoires d’Outre-tombe) pour la puissance. En lisant, prêtez attention aux mots, au style, aux expressions, etc. « La maîtrise des mots est le début de la sagesse » (Antisthène, élève de Socrate). Ne rougissez pas de chercher à augmenter votre vocabulaire. Songez que Marc-Aurèle, tout empereur romain qu’il fût, se préoccupait d’enrichir le sien (comme il l’écrivait en 163 à son ancien maître Fronton). Soyez des jardiniers des mots ! Amusez-vous à chercher et trouver leur étymologie, souvent merveilleuse ou pittoresque, parfois éclairante. Le créancier chirographaire ne bénéficie d’aucune sûreté : Il ne dispose que d’un écrit de sa main, selon le sens littéral de ce mot d’origine grecque ; le copain est celui avec lequel le pain est partagé, tandis qu’au pied de la lettre c’est la chambre qui est commune avec le camarade (de l’espagnol camara), et le lit avec le concubin (du latin cum avec, et cubo, cubare être couché).

Les bases de données informatisées ou sur l’internet sont d’une grande commodité ; elles vous seront sans doute fort utiles dans votre vie professionnelle. Mais, au stade actuel de vos activités, celui des études, elles sont à utiliser avec prudence. Car l’information, seul objet de ces

, ne saurait être une fin en soi ; vous risquez d’être submergés par un flux de données (par exemple d’arrêts), plus que de connaissances. Or, ce qui vous importe c’est de connaître en comprenant, ce qui suppose un effort personnel de la pensée, dont nul ni rien ne pourra jamais dispenser l’apprenti. Il est clair que l’information ne remplace nullement la réflexion. « Ce que tu lis et entends, fais en sorte de le comprendre. Éclaircis tes doutes. Et tout ce que tu pourras, hâte-toi de le mettre dans la bibliothèque de ta mémoire » (In armariolo mentis quidquid poteris reponere satage, saint Thomas d’Aquin, De modo studendi).

Sachez écouter, et développez votre capacité d’attention (le philosophe Simone Weil disait, avec sans doute quelque excès, que la formation des facultés d’attention est presque l’unique intérêt des études !). Dans un débat, n’opinez pas si vous ne connaissez pas la question. Avant de se prononcer, il faut réfléchir, peser le pour et le contre, examiner les arguments, etc. Selon un mot de Thucydide, l’ignorance est hardie et le savoir réservé. Enveloppez-vous d’humilité et de modestie. Dans une conversation avec une personne plus âgée et plus formée que vous, ne lui dites pas «vous avez raison » ou « c’est exact », car vous n’avez pas à la juger ni à lui donner des bons points ! D'une façon plus large, et en prolongement, méditez cette phrase de Camus : « Le démocrate est modeste, car il est celui qui admet qu’un adversaire puisse avoir raison, qui le laisse donc s’exprimer, et qui accepte de réfléchir à ses arguments ».

Revenez souvent aux conseils sur la langue française de ce document. Conservez-le précieusement : dans quelques années vous serez heureux de le retrouver (sans doute beaucoup plus qu’aujourd’hui, où il va vous sembler bien aride, au premier abord). Et, pour améliorer vos méthodes de travail, vous pouvez lire Le goût des études et comment l’acquérir (de M. Piatelli Palmarini, éd. Odile Jacob, 1992) et, plus encore, un stimulant petit livre du philosophe Jean Guitton, Le travail intellectuel (Flammarion, dernière éd., 1994).

Pour étudier avec quelque chance d’efficacité une bonne partie du Droit civil et tout le Droit des affaires, il est nécessaire de connaître à fond le Droit des obligations : C’est un préalable indispensable, car il est la base sur laquelle il est fondé. Ceux d’entre vous qui ont des lacunes dans cette discipline doivent impérativement les combler à l’aide d’un manuel. Sinon leur travail sera vain. Les évolutions du Droit, de l'économie et des techniques sont maintenant si rapides que chacun doit être à même de s’adapter en permanence aux situations nouvelles, en complétant ses connaissances. Or, rien ne facilite tant cela qu’une forte culture générale, qui donne les bases et habitue à maintenir l’esprit éveillé, accompagnée d’une solide formation danns son domaine (pour un juriste une connaissance parfaite du Droit des obligations).

II. - DES EXAMENS

Aux examens, veillez à la lisibilité de votre écriture et à la présentation de votre devoir. Utilisez exclusivement des stylos à plume (c’est-à-dire ni des stylos à bille, ni des feutres). Songez que les examinateurs ont à corriger, en quelques jours de nombreuses copies ! Rien n’est plus fastidieux! Une écriture désagréable ou pénible indispose. Soignez votre style et l’orthographe (la politesse de la langue, selon Jean Guéhenno). Rédigez intégralement (n’utilisez pas d’abréviations). N’omettez ni les points sur les « i », ni les traits d’union (notamment dans c’est-à-dire), ni les accents, qui font partie de l’orthographe et, de plus, facilitent grandement la lecture du correcteur. N’oubliez pas les contractions (exemple : S’il est et non si il est), mais rejetez évidemment celles qui sont fautives (ça, pour cela ; t’as pour tu as). Utilisez à bon escient les majuscules, au début des phrases, pour les noms propres, pour les organismes d’Etat lorsqu’ils sont uniques (Cour de cassation, Chambre commerciale de ladite Cour, mais par conséquent pas pour cour d’appel), pour  les conventions lorsqu’elles concernent un accord diplomatique (Convention européenne des Droits de l’homme) ; n’en ajoutez pas, à tort et à travers, au milieu des phrases, comme c’est la tendance actuellement. Voyez la subtilité de Français, Grec, Italien, Sénégalais, Tunisien, etc., avec une majuscule (désignant un individu de cette nationalité) et français, grec, italien, sénégalais, tunisien, sans majuscule (pour tous les autres sens).

Aux partiels et examens écrits, ne cherchez pas à atteindre un nombre important de pages : Vous ne serez pas jugés sur la quantité. Au contraire, tâchez de concentrer vos explications, de façon à la fois précise et complète.

Lorsque vous avez à traiter un cas pratique, il est inutile de commencer par rappeler les faits ; vous pouvez éventuellement annoncer le plan, bien que celui-ci, dans un tel exercice, n’ait pas une grande importance. Le plan d’un commentaire d’arrêt ou d’une dissertation doit impérativement être annoncé à la fin de l’introduction, et comporter deux (jamais moins) ou trois parties (jamais plus). Ne confondez pas un commentaire d’arrêt avec une dissertation : Dans le premier les connaissances doivent être appliquées à l’espèce proposée à votre réflexion.

À l’oral, cachez votre émotion. Répondez aux questions de façon claire, cohérente, en construisant des phrases. Définissez et qualifiez les notions employées avant de donner des exemples. Ainsi, ne commencez pas votre réponse en disant « L’enrichissement sans cause, c’est quand...», mais « l’enrichissement sans cause est un quasi-contrat, qui a été consacré par la jurisprudence, etc. ». Les étudiants qui éprouvent des difficultés à l’oral doivent s’exercer à cette épreuve au cours de l’année, en se livrant avec des camarades à des séances d’entraînement, dans les conditions de l’examen.

III. - DE LA LANGUE FRANÇAISE

La clarté du français, langue intellectuelle s’il en fut, lui [vient] essentiellement de ses abstractions [...]. La première preuve de l’abstraction du français est, non pas précisément la pauvreté, mais la richesse tempérée de son vocabulaire, qui est d’environ 93 000 mots en face des 317 000 mots de l’anglais. C’est ainsi que le français est l’une des plus pauvres des langues romanes : Parce qu’issu du latin, qui était pauvre, il a reçu moins d’apports exotiques que ses voisins ibériques. Il est cependant l’une des langues les plus précises qui soient. C’est d’abord que l’abstrait, étant plus pauvre en quantité, est plus intelligible que le concret. C’est aussi que le français, grâce à l’abondance de ces gonds de la pensée que sont les conjonctions de subordination, insiste sur les relations des êtres et des choses plus que sur leurs qualités sensibles. C’est encore que le français est pourvu d’une grande variété de préfixes et de suffixes, qui lui permet de former des familles de mots parfois très étendues, mais surtout que ces affixes, parce que venus pour la plupart du latin ou du grec, sont par là plus intelligibles, même aux non francophones, pourvu qu’ils aient une culture générale.

  Léopold Sédar SENGHOR ()
ancien Président du Sénégal,
de l’Académie française

A. - Observations liminaires.

Tout en vous conseillant de tenter de respecter les conseils et les règles figurant dans ce site, je tiens d’emblée à en relativiser la portée, non pas parce que le «purisme» serait une tare, mais parce que la perfection de la langue est une utopie, et qu’il n’est guère d’écrivains ne commettant pas de fautes ; je crains même que mes propres pages sur ce site en comportent quelques unes (je serai reconnaissant aux personnes qui les découvriraient de me les signaler). Aussi, le souci de la correction ne doit pas vous dissuader d’écrire et de converser, comme la volonté de se comporter le mieux possible ne doit pas empêcher d’agir. Au demeurant, ce qui importe, c’est l’effort persévérant vers la qualité plus que d’atteindre la perfection (de même qu’en morale ce qui est attendu de l’agent, selon ce qui est nommé la loi de gradualité, c’est la tension vers une amélioration plus que la réalisation extérieure immédiate d’un précepte). En outre, si vous avez un style, alors les petites fautes vous seront pardonnées. Ces limites posées, je ne peux que vous conseiller de tenter d’écrire et de parler le mieux possible, c’est-à-dire de penser le mieux possible (les deux aspects sont intimement liés) ; ce faisant, en vous heurtant à la difficulté, en tentant d’éviter les répétitions et les formules stéréotypées, il est probable qu’une musique propre, la vôtre, se dégagera...

Notre langue, héritière de la méthode grecque et de l’efficacité romaine, qui ont fait l’Europe, est une langue précise, particulièrement bien adaptée au Droit. Mieux, le français est la langue juridique par excellence; sa syntaxe possédant un ordre logique entérinant le mouvement de la raison pensante. Telle est la raison pour laquelle il fut pendant très longtemps la seule langue diplomatique. Le Traité de Radstadt (1714), officialisant l’usage antérieur, déclara que la langue diplomatique obligatoire était le français : « Désormais les intérêts des peuples et les volontés des rois reposeront sur une base plus fixe ; on ne semera plus la guerre dans des paroles de paix » (Rivarol, Discours sur l’universalité de la langue française, Desjonquères, 1998, p. 134. - Metternich disait que cela permettait d’éviter la confusion des langues et de la nécessité d’adjoindre des traducteurs aux diplomates et aux ministres ; il poussait tellement son goût du français, alors qu’il n'aimait pas la France, qu’il n’utilisait que cette langue dans ses relations épistolaires avec ses propres ambassadeurs, même auprès des pays de langue allemande : G. de Bertier de Sauvigny, Metternich et son temps, Hachette, 1959, p. 102-103 et p. 107. Metternich, né en 1773, mourut en 1859). Mais le Traité de Versailles, en 1919, connut pour la première fois une seconde version, en anglais ; cette pratique s’est progressivement répandue, non sans de fâcheuses conséquences ; ainsi la version anglaise de la résolution 242 de l’Organisation des Nations Unies (1967), relative à la guerre israélo-arabe, est à l’origine de drames. Selon la version française les israéliens se retireront « des territoires occupés » (non pas de, mais des territoires, donc de tous ces territoires) ; or, l’anglais ne connaît pas cette précision. La version anglaise parle de l’évacuation « from occupied territories », ce qui peut signifier aussi bien de ou des ; cette ambiguïté alimenta la controverse, suscita des guerres et l'état de tension qui règne encore entre Israël et les Palestiniens. De plus, l’absence de rigueur de l’anglais oblige à insérer un lexique dans les contrats internationaux rédigés dans cette langue, précisant le sens des mots et expressions, même juridiques, qui seront utilisés dans le corps du texte ; un lieu commun, en partie vrai, est de dire que l’anglais est une langue commode : Ici, à la vérité, il est une source de difficultés. De même, sa souplesse tant vantée n’est acquise qu’au prix d’une certaine imprécision. Ainsi, faut-il traduire World Trade Center par « Centre commercial du monde » ou par « Centre du commerce mondial », l’absence de préposition marquant le génitif empêchant de connaître la base du message ? Michael Edwards, premier Britannique à avoir été élu à l’Académie française comme au Collège de France, conteste une supériorité quelconque de quelque langue que ce soit, par conséquent de la clarté du français (mais insiste sur la richesse constituée par la diversité des langues, qui est certaine. - M. Edwards, Dialogues singuliers sur la langue française, PUF, 2016). Il réfute l’idée que la résolution 242 de l’ONU précitée soit imprécise. En revanche, il ne dit mot des qualités que reconnaissait Senghor au français, dans la citation ci-dessus, ni du fait, incontesté, qu’il fut pendant longtemps la langue diplomatique, sans doute parce qu’il paraissait particulièrement adapté au Droit par la précision de son vocabulaire (restreint). Il est tout de même frappant qu’il soit nécessaire dans les contrats importants rédigés en anglais de les faire précéder d’un lexique donnant la signification des termes juridiques utilisés, ce qui est absolument inutile dans les contrats rédigés en français.

Une bonne connaissance de la langue est un puissant facteur d’égalité entre les citoyens, et d’intégration des personnes d’origine modeste (a fortiori, issues de l’immigration). De plus, « la défense de notre langue n’est pas une marotte de vieux messieurs à parapluie ni de bonnes dames à chapeaux; il s’agit de la protection vitale de notre identité la plus élémentaire ainsi que de nos intérêts de base. Il s’agit de réister à une colonisation voulue et concertée pour des raisons platement économiques, comme toutes les colonisations sur la Terre » (C. Duneton, Le Figaro littéraire 23-24 févr. 2008, p. 8). En effet, avec l’anglais qui se répand partout, c’est une culture qu’il introduit et, la suivant comme son ombre, du commerce.

Puisque notre langue est précise, il est nécessaire d’en posséder les subtilités : Aussi, les juristes ont toujours eu la réputation (justifiée) d’employer un langage châtié. Robert Estienne rendait hommage en 1557 à la langue des juristes du Parlement de Paris, de la Chancellerie et de la Cour des comptes, « esquels lieux le langage s’escrit et se prononce en la plus grande pureté qu’en autres lieux » (Traité de la grammaire française). Il vous appartient de maintenir cette tradition. Ce sera pour vous une obligation professionnelle en tant que juriste professionnel (notamment d’entreprise), afin de rédiger des contrats dotés d’une grande sécurité (sans compter qu’une lettre de demande d’emploi émaillée de fautes ou d’imprécisions conduira probablement à ce qu’elle soit jetée au panier sans autre forme d’examen). Aussi, travaillez sans relâche à mieux connaître la langue française et à la dominer ; elle vous rendra vos efforts au centuple par des joies ineffables, toute votre vie. « La langue est un théâtre dont les mots sont les acteurs » (Ferdinand Brunetière). Le cas échéant, ayez le courage de prendre des leçons de français, de grammaire, de vocabulaire, d’expression écrite et orale, etc. Peut-être existe-t-il des logiciels permettant d’effectuer des exercices interactifs avec son ordinateur.

Prenez l’habitude, même entre vous, d’essayer de parler un français correct, avec des mots précis. « Mal nommer les choses, c’est ajouter aux malheurs du monde»(Camus). Il est consternant d’entendre tant de jeunes désigner par un mot passe-partout (et pauvre, voire grossier) des réalités très diverses ; exemple : Il ou elle est super, à propos d’un film, d’une jeune fille, d’un livre, d’une voiture, d’un professeur, d’un mets, etc. - Le débraillé et la pauvreté du vocabulaire, comme le laisser-aller dans la grammaire, retentissent forcément sur la pensée. Toute maladie de la langue est une maladie de la pensée. « Il ne peut y avoir, d’un côté la forme, de l’autre le fond. Un mauvais style, c’est une pensée imparfaite » (Jules Renard). « C’est dans le langage que se trouvent les idées » (Alain). Les subtilités de la langue « contribuent à l’élasticité de l’esprit » (M. Druon, La France aux ordres d’un cadavre, Editions de Fallois, 2000, p.109). En parlant, évitez ces scories inutiles, qui marquent que l’orateur ne maîtrise pas sa pensée, du genre euh, tu sais, quoi, il faut savoir, disons (du reste, disons ne veut pas dire je dis, mais je ne suis pas sûr), je vais dire (dites directement ce que vous avez à dire !), c’est vrai (dont on abuse beaucoup aujourd’hui, qui se remplace élégamment par certes, suivi d’une virgule). Quant à la grossièreté, si banale, elle est une forme d’impuissance intellectuelle.

Méditez ces fortes réflexions de Jean-Louis Curtis : « La première liberté, c’est celle que confère la maîtrise de la parole, et [...] la pire des aliénations, pire même que la pauvreté, c’est de ne pas savoir parler et écrire d’une façon claire, correcte et précise, c’est d’être un sous-développé du langage, un paria de la communication verbale » (Le Monde comme il va, éd. du Rocher, 1995, p. 18). Et celles-ci, plus poétiques, d’Oscar Wilde : « Les mots n’ont pas seulement une musique aussi douce que celle de la viole et du luth, des couleurs aussi riches et chatoyantes que celles qui nous font admirer les toiles des Vénitiens et des Espagnols, et une forme plastique aussi sûre et aboutie que celle qui se révèle dans le marbre ou le bronze, mais la pensée, la passion et la spiritualité leur appartiennent aussi et n’appartiennent, d’ailleurs, qu’à eux seuls » (Aphorismes).

Sans doute la langue n’est pas figée : Elle a évolué et évoluera encore. Certes, tous les grands écrivains, de Chateaubriand à Malraux, en passant par Balzac ou Baudelaire, ont pris, consciemment ou non, des licences avec les règles les mieux établies. Mais, avant d’user de cette liberté créatrice, encore faut-il commencer par bien posséder sa langue, donc par l’apprendre et la respecter. Si vous avez le goût de l’écriture, voire du génie (c’est tout de même peu fréquent), vous aurez le temps, vos études achevées, vos diplômes en poche, d’en fournir la preuve. À ce moment, il s’opérera peut-être un retournement d’attitude des tiers à votre égard : Telle tournure, imputée à faute à un étudiant, sera regardée comme une originalité plaisante lorsqu’elle se trouvera sous la plume d’un professeur ou d’un écrivain reconnu (selon que vous serez puissant ou misérable ... ). Pourtant, il ne s’agit pas de parler ou d’écrire comme un livre : Une touche personnelle est toujours bienvenue.

B. - Conseils pratiques.

1°. - N’écrivez pas de phrase sans verbe (pratique qui se répand chez les journalistes et même parfois chez les universitaires, comme « témoignage d'une époque révolue »). Évitez les expresssions « histoire de » (comme « histoire de s’amuser », alors qu’il est plus simple et plus élégant de dire « pour s’amuser » ; dans d’autres cas, utilisez afin de) et « mais voilà » (utilisée actuellement à tort et à travers) ; de répéter un mot à des intervalles rapprochés (sauf quand la répétition est inévitable, parce qu’il s’agit du thème essentiel donnant lieu au développement, ou d’une institution qu’il est nécessaire de nommer : Ainsi il est préférable de répéter, fût-ce à quelques lignes, la Cour de cassation que d’utiliser une périphrase impropre, telle la Haute juridiction. L’accumulation des pronoms relatifs (que, qui, dont, quoi) est inélégante, et rend la lecture indigeste. Dans une lettre Flaubert critiquait le style de Lamartine (à propos de son abondante œuvre non poétique), qui « s’embrouille souvent dans des tournures lourdes de que, de qui, etc. J’aime les phrases nettes et qui se tiennent droites, debout tout en courant » (Correspondance, Pléiade, t. III, 1980, p. 105). Je crois que, dans un souci de clarté, vous devriez vous astreindre à ce qu’il n’y en ait jamais plus de trois par phrase ; mieux, évitez qu’il y en ait deux très près l’un de l’autre (exemple, plutôt que «La cour d’appel, qui affirme que la cause est illicite », écrivez « affirmant que ... »). Le pronom impersonnel on a son utilité, mais aujourd’hui il est employé abusivement au détriment des pronoms personnels, dont les journalistes des médias de masse semblent ignorer l’existence ; aussi, méfiez-vous du on : Ne l’utilisez que lorsque l’idée ou le sentiment que vous exprimez est vraiment impersonnel (« On dit que Rodrigue va gagner les élections »). Dans cette optique, voyez le sujet de concours proposé par l’Académie de Berlin en 1783 sur l’universalité de la langue française (remporté par Rivarol) ; il s’achevait par « Est-il à présumer qu’elle la conserve ? » (cette place éminente), et non par « Peut-on présumer qu’elle la conserve ? ». Et, au risque de sombrer dans la sottise des Précieuses ridicules de Molière qui pourchassaient les sonorités « basses », il me semble que le qu’on est à proscrire absolument, tant il est malsonnant ! D’une façon générale, préférez les pronoms personnels ou, puisque l’usage est qu’un étudiant n’emploie pas le je, ce qui est considéré comme présomptueux, usez d’une tournure qui les évite (par exemple, plutôt que d’écrire « dans la mesure où l’on admet l’existence d’une responsabilité contractuelle», vous pouvez rédiger votre phrase ainsi : « Dans la mesure où l’existence même de cette responsabilité est admise »).

Pour la forme féminine, il y a lieu de distinguer d’une part les fonctions, titres et grades, d’autre part les métiers. Les premiers appartiennent au genre neutre (rendu en français par le masculin), car la nature de la fonction, du titre ou du grade est indépendant de la personne qui l’exerce ou les porte (exemples : le bachelier, le maître en Droit, le docteur, l’agrégé, le maire, le député, le ministre, y compris à propos de demoiselles ou de dames). En revanche, les métiers peuvent comporter une forme féminine, qu’il convient d’utiliser lorsqu’elle existe et que vous parlez d’une femme (exemples : l’institutrice, la boulangère, l’avocate, la chercheuse, l’actrice, la danseuse). Si ce n’est pas le cas, employez le masculin (qui, grammaticalement, englobe le féminin puisque le français ne connaît pas le véritable neutre), en disant par exemple le professeur, le médecin, même s’il s’agit d’une femme ; il est ridicule de parler de Madame la professeur (c’est une incorrection quant à la langue, l’article féminin « la » ne pouvant pas précéder un nom masculin ; vice versa, il peut se faire, bien que cela soit plus rare, qu’un mot féminin désigne une fonction, alors même qu’elle est exercée par un homme, comme la sentinelle, la recrue, l’estafette ou la vigie [la personne qui veille sur un bateau]). Il n’y a rien là d’anti féministe ! Ces solutions découlent toute simplement du fait que la langue française ne connaît pas de véritable neutre de sorte que, grammaticalement, le masculin englobe le féminin ; d’où aussi un Toulousain et une Toulousaine sont ensemble des Toulousains, comme des électeurs et des électrices sont des électeurs, des travailleurs et des travailleuses des travailleurs, etc, si bien qu’il est inutile et sot de répéter le même substantif pour désigner un groupe de personnes composé d’hommes et de femmes. Du reste, en français la marque du féminin ne sert qu’accessoirement à rendre la distinction entre mâle et femelle. On dit une personne mêm s’il s’agit d’un homme, et cent personnes sans que cet ensemble soit composé de cent femmes ! Il y a une confusion, chez les partisans de la féminisation de tous les mots, entre la notion de sexe, qui est biologique, et la notion de genre, qui est grammaticale. L’Académie française, fidèle à la mission qui lui a été assignée par ses statuts de 1635, publia un texte définitif sur cette question en 1984, rédigé par deux savants de réputation mondiale, Georges Dumézil et Claude Lévi-Strauss. Ne tenant aucun compte de ce document, ni de l’avis négatif de la Commission générale de terminologie, ni d’une adresse dans le même sens de l’Académie française au Président de la République, la Documentation française rendit public au début de 2002 un catalogue des métiers, titres et fonctions systématiquement et arbitrairement « féminisés » (parfois de façon grotesque, contraire au bon sens, à l’euphonie et au « génie » de notre langue, comme professeure, docteure [doctoresse aurait été préférable], proviseure, instituteure [alors qu’il existe institutrice !], chercheure [alors qu’il existe chercheuse !], écrivaine, agente, cheffe [cheffesse est laid mais serait plus logique], auteure [autrice est laid mais serait plus logique, le féminin des noms masculins en -teur étant régulièrement en -trice : acteur-actrice, instituteur-institutrice, directeur-directrice]). Cette publication précitée de la Documentation française intervint sur instruction du Premier ministre de l’époque (Lionel Jospin, qui n’avait aucune compétence ni autorité en ce domaine ; au surplus, cet homme politique n’avait qu’une connaissance fort approximative du français, assez inquiétante étant donné les responsabilités qui étaient les siennes à cette époque, et qui ont pu contribuer à ses déboires électoraux, tant il commit de bourdes et de contresens lors des ses discours en tous lieux, y compris au Parlement, et même lors de ses déplacements à l’étranger). La presse et la télévision s’empressèrent de suivre ces indications qui, non seulement sont stupides et n’ont aucun fondement linguistique ou anthropologique, mais n’ont aucune valeur juridique. Il convient donc de ne tenir aucun compte de cette malencontreuse publication, comme l’a rappelé l’Académie française dans un communiqué du 22 mars 2002, relevant que « Le choix systématique et irréfléchi [sous-entendu par des ignares] de formes féminines établit au contraire, à l’intérieur même de la langue, une ségrégation qui va à l’encontre du but recherché». J’observe au demeurant que nul ne s’indigne que le mot féminin « personne », d’un usage si fréquent et si fondamental, puisse désigner aussi bien une femme qu’un homme ! Enfin, contre les mots auteure, chercheure, docteure, instituteure, professeure, proviseure, je relève que le "e" n’est pas une marque universelle de féminin, justement en particulier dans les mots en -eur : Il n’est que de citer ardeur, blancheur, couleur, fleur, tiédeur, soeur, tous féminins ; seuls les adjectifs distinguent le masculin en -eur et le féminin en -eure (majeur, majeure ; supérieur, supérieure, etc., souvent des comparatifs), jamais des substantifs (heure n’est pas le féminin d’heur!). « Accuser la langue française de sexisme cest ajouter lhypocrisie à lignorance » (A. Bentolila, Le Figaro 24 janv. 2017, p. 14). A. Bentolila (linguiste) rappelle que le français possède deux genres, lun masculin, lautre féminin; il sagit bien de marques de genrre et non pas dindicateurs de sexe; le genre est simplement une règle daccord automatique; sil faut évidemment combatre le sexisme et les discriminations dont les femmes peuvent être victimes, ce nest pas une raison pour maltraiter la langue.

2°. - Les accents doivent toujours être indiqués (et ne confondez pas l’accent aigu é et l’accent grave è), y compris sur les majuscules. À ce propos, souvenez-vous que prennent un merveilleux accent circonflexe : Il plaît, il paraît et leurs composés. De même, il faut un tel accent à la troisième personne du singulier du plus-que-parfait du subjonctif (J’aurais aimé qu’il eût réussi et qu’il fût félicité) ; en revanche, cette personne au passé simple et au passé antérieur de l’indicatif n’en prend pas (quand il eut réussi, il fut félicité). Autre subtilité du même genre : Il a dû (participe passé masculin), c’est son dû (nom masculin), mais elle est due. « L’accent circonflexe est l’hirondelle de l’écriture » (Jules Renard).

3°. - La ponctuation mérite également de retenir vos soins. Elle est la respiration de la langue. Flaubert, selon Maupassant, disait qu’un auteur doit disposer « les virgules avec science, comme les haltes d'un long chemin : car les arrêts de sa pensée, correspondant aux membres de sa phrase, doivent être en même temps les repos nécessaires à la respiration ». Arrêter, exprimer, expliquer ; opposer, rapprocher, éloigner, associer : La ponctuation, servante docile et commode, peut remplir toutes ces tâches. Le point-virgule soupèse les nuances ; sa subtilité vient de « ce qu’il représente une virgule renforcée - avec tout le mérite clarifiant de celle-ci ; il marque un arrêt léger, non définitif » (C. Duneton, Figaro littéraire, 18 sept. 2003). Il facilite l’exposition d’une succession d’idées s’enchaînant les unes les autres, permet de découper une vaste pensée « en petites propositions concomitantes » (C. Duneton, op. cit.). « On reconnaît tout de suite un homme de jugement à l’usage qu’il fait du point et virgule » (H. de Montherlant, Carnets 1930-1944). « La différence entre le ; et le : manifeste au suprême degré le sens de la nuance, et qu’est-ce que la nuance sinon la pensée dans sa fleur ? » (J. Guitton, Ecrire comme on se souvient, Fayard, 1974). N’oubliez pas le point d’interrogation dans les phrases interrogatives. En outre, tâchez de formuler, même oralement, vos interrogations sous la véritable forme interrogative ; exemple : Sors-tu ? (non tu sors ? et de préférence à l’inélégant est-ce que tu sors ?).
Après deux points ( : ), si ce qui suit comprend un verbe, et constitue donc une phrase, le premier mot doit être en majuscule (v. A. Grevisse, Le Bon usage, 9e éd., 1969, n° 170).
En France les guillemets sont « » et non “ ”(en usage dans les pays de langue anglaise) ; ces derniers sont toutefois utilisés lorsque des guillemets figurent au sein d’une citation (j’espère que le transfert de ce texte en écriture html pour internet ne fera pas disparaître la différence entre les deux sortes de guillemets !). N’utilisez jamais les deux points ( : ) plus d’une fois dans une phrase. Il me semble aussi qu’il est préférable de ne pas mettre plus de deux phrases interrogatives de suite. Voici maintenant quelques directives relatives à l’emploi de la ponctuation avec l’ordinateur. Il faut laisser une espace avant et après les deux points, le point et virgule, les points d’exclamation et d’interrogation ; une espace entre « et le début de la citation, et avant sa fin » ; en revanche, ne pas laisser d’espace avant la virgule, le point final ni au début ou à la fin des parenthèses. L’espace est normalement un nom masculin, sauf en matière d’imprimerie où il est féminin, ce qui explique l’usage que je viens d’en faire. Pour l’apostrophe il est préférable de mettre ’ ; et d’éviter l’inélégant ' (ici aussi, pourvu que l’écriture html maintienne les signes que je viens d’écrire). Lorsqu’une phrase s’achève par une citation entre guillemets, le point final doit logiquement se mettre après les derniers guillemets, comme l’exigeait le général de Gaulle (cf. Michel Droit, Les Feux du crépuscule, Plon, 1977, p. 216) ; mais les correcteurs des éditeurs ont tendance à placer le point final avant les derniers guillemets.

4°. - L’exactitude de la prononciation est importante pour certains mots. Evitez l’espèce de bouillie, prononcée dans la précipitation, de tant d’orateurs à la radio et à la télévision. N’omettez pas de prononcer les doubles lettres, par exemple des mots dommage, essentielle, illicite, promesse, synallagmatique, etc. De même, les liaisons doivent être effectuées. Par exemple faire entendre le « s » de cinq cents employés ou des contrats illicites, ou le  « t » de cent (ainsi dans cent euros). Mais n'ajoutez pas de  « s » à cent euros ni à pseudo-intellecuels (faute commise récemment par le ministre de l'Education nationale, qui au demeurant désignait ainsi scandaleusement des autorités intellectuelles éminentes, dont un membre de l'Académie française!).

. - Notre syntaxe soumet la concordance des temps à des règles précises, certes difficiles. Si vous les dominez mal, employez une tournure où elles n’aient pas à intervenir. « On ne raisonne justement qu’avec une syntaxe rigoureuse » (Anatole France, Le génie latin).

6°. - Rappelez-vous que :

- Admirablement est un superlatif d’excellence ; il se suffit à lui-même, de sorte qu’il ne faut pas lui adjoindre l’adverbe « bien » (de même pour parfaitement ou merveilleusement).
- Au point de vue, du point de vue. Ces expressions sont suivies, soit d’un complément de nom introduit par la préposition de, soit d’un adjectif épithète (exemple : Du point de vue formel) ; lui juxtaposer un substantif est incorrect (exemple : Au point de vue examen).
- Avant que, afin que, bien que, pour que, quoique sont impérativement suivis du subjonctif (car il s’agit de faits dans l’avenir, donc incertains : Or le subjectif est le temps de l’éventualité et de la subjectivité, donc aussi de l’émotion). Avant qu’il ait obtenu son diplôme (pure éventualité, hélas direz-vous). En revanche, après que est suivi de l’indicatif ou du conditionnel (parce que la subordonnée exprime un fait dont on est certain qu’il s’est produit) ; exemples : Il sort après que nous avons pris le café. Il faut bonne mémoire après qu’on a menti (Corneille). Après que les étudiants eurent composé (et non eussent). Le professeur a dit qu’il vous recevrait après que vous auriez déposé votre sujet de mémoire (et non après que vous ayez).
- Citoyen n’est pas un adjectif mais un nom ; l’expression démarche citoyenne (et les autres de la même veine) est donc fautive. Une démarche citoyenne est en réalité une démarche civique.
- Donc. N’abusez pas de cette conjonction ! De même, le pronom personnel indéfini on est à utiliser le moins possible : Il est inélégant et souvent imprécis.
- Le mot Droit prend une majuscule lorsqu’il s’agit du Droit objectif, sinon il s’écrit avec une minuscule (droit subjectif) : Voir le Vocabulaire juridique dirigé par le doyen Cornu (PUF) au mot Droit.
- Environ. S’il s’applique au temps, c’est un adverbe invariable (Nous irons à la montagne environ la fin de juillet). S’il se rapporte au lieu, il reçoit un « s » (Aux environs de Toulouse).
- Es. Contraction de « en les », ne peut précéder qu’un pluriel : Licencié ès lettres (mais : En qualité de tuteur).
- L’État s’écrit avec une majuscule lorsqu’il désigne le pouvoir central d’une nation reconnue comme sujet du Droit international ; mais avec une minuscule dans tous les autres cas, notamment dans l’expression « l’état de droit », qui signifie simplement le « règne de la loi », c’est-à-dire un ordre juridique. L’État doit veiller à sa bonne observance, le garantir ; du reste, comme c’est sa fonction normale, il suffit de dire et d’écrire l’État sans ajouter de droit. La majuscule mise au mot état dans l’expression état de droit est donc plus qu’une faute d’orthographe : C’est une faute de sens, un contresens. Et la majuscule est ici aussi incongrue que dans « l’état de la question », « l’état des lieux », « l’état d’âme », où nul ne songe à la mettre.
- Évident. Qualifie en premier lieu ce qui s’impose clairement à l’esprit, ce qui est certain ; de plus, évident qualifie ce qui est immédiatement perceptible par la vue. Ce mot ne doit pas s’employer pour désigner ce qui est de réalisation facile ; par exemple, ne pas dire «réussir à passer en maîtrise c’est pas évident », mais « ce n’est pas facile ».
- Fabricant ne s’écrit pas comme fabriquer.
- Fait. Le participe fait suivi d’un infinitif est toujours invariable, parce qu’il fait corps avec l’infinitif (exemple : Ces manœuvres, nous les avons fait supporter par nos partenaires).
- Fonds. Ce mot a un « s », même au singulier, lorsqu’il s’agit du fonds de commerce, d’un bien immobilier ou d’un capital, ce qui n’est pas le cas dans les autres sens (le fond du sac, de la mer ... )
- Lui, elle, eux, leurs. Ces pronoms employés comme compléments ne peuvent représenter que des personnes. En parlant des choses et des animaux (qui sont des choses animées), il convient d’utiliser en et y. Ce chien n’aime pas les étudiants en droit, il risque de vous mordre : Éloignez-vous en (et non de lui). Et sur lui (elle) est remplacée par dessus (dessous, dedans). Voici votre bicyclette, montez dessus (et non sur elle) ; voyez cette table, cachez-vous dessous (et non sous elle), etc.
- M. Telle est l’abréviation de Monsieur. Mr est celle de Mister.
- Malgré que ne s’emploie que dans le locution « malgré qu’il en ait » (quelque contrariété ou mauvais gré qu’il en éprouve) ; sinon il convient d’employer quoique ou bien que.
- Parmi. Cette préposition est invariable : elle ne prend donc pas de « s » final.
- Quelque s’écrit en deux mots (quel que) quand il précède immédiatement un verbe (dans ce cas toujours au subjonctif). Quel est alors adjectif et s’accorde. Quelque s’écrit en un seul mot quand il est devant tout autre mot qu’un verbe.
- Quelque part signifie en un lieu indéterminé (que l’on ne veut ou ne peut pas préciser ; exemple : « Il est quelque part en France ». N’imitez pas les journalistes qui emploient cette expression à tous propos, hors de son sens.
- Quoique s’écrit en un mot quand ce dernier peut être remplacé par la conjonction de subordination bien que ou par encore que. Exemple : « Je le trouve sympathique quoique (bien que) ses opinions me déplaisent ». La locution quoi que s’écrit en deux mots lorsqu’il est possible de la remplacer par quelle que soit la chose que ou peu importe ce que. Exemple : « Quoi que tu fasses (quelle que soit la chose que tu fasses), cela ne va pas ». 
- Reddition s’écrit avec deux lettres d. En Droit privé ce mot est employé essentiellement à propos des mandataires, qui doivent rendre compte (C. civ., art. 1993).
- Soi-disant (invariable et sans t à soi) ne s’emploie qu’à l’égard de personnes vivantes (puisque cette expression implique que quelqu’un se dise). En dehors des personnes vivantes, c’est le mot prétendu (variable) qui convient ; exemple : Le prétendu contrat.
- Tout est adverbe et invariable lorsqu’il signifie « entièrement », « tout à fait ». Exemple : Une veste tout usagée.
- Verbes transitifs. Ces verbes peuvent avoir un complément d’objet (où l’action faite par le sujet passe - transite - sur un complément) ; exemple : Je regarde le ciel, j’étudie le cours. Les verbes intransitifs ne peuvent pas prendre de complément d’objet : Ils offrent par eux-mêmes un sens complet, comme courir, débuter, démarrer, dormir, flâner (grande occupation des étudiants), marcher, mourir, nager, pleurer (souvent le sort des pauvres professeurs corrigeant les copies en fin d’année ... ).
- Vingt et cent prennent un « s » lorsqu’ils sont multipliés et à la fin de l’adjectif numéral : Quatre-vingts livres, deux cents étudiants ; mais sans le « s », cent vingt jours comme mille cent euros (car pas de multiplication mais une addition), quatre vingt deux (car vingt n’est pas à la fin).

V. aussi le site academie-francaise.fr, rubrique actualités, puis cliquer sur le lien « Dire, ne pas dire ».

7°. - N’utilisez pas de marque pour désigner un objet. Vous ne dites pas je prends ma Peugeot mais ma voiture ; alors pourquoi ne pas dire je me sers d’un crayon à bille, d’un ruban adhésif, d’une chaussure de sport (de tennis...), etc., plutôt que de citer leurs marques, dont en outre les sonorités souvent d’apparence anglaise dénotent dans une conversation en français ?
Choisissez le mot juste, en évitant les mots « passe-partout », qui ont leur utilité, mais que la paresse ou la négligence conduisent à employer trop souvent. « Un mot impropre n’est-il pas d’une certaine façon un mot sale ? C’est qu’il y a une hygiène mentale et presque une sorte de probité morale dans le bon usage des mots » (M. Tournier, Le pied de la lettre, Folio, 1996. - Vous pouvez remarquez ici l’emploi des guillemets anglais au sein d’une citation, si le transfert en écriture html ne les a pas modifiés !).
Voici un exemple de la recherche du mot précis, à propos du verbe faire et la façon de le remplacer dans ses divers sens :
Il a construit sa maison lui-même. Cette usine fabrique des moteurs. Mon tailleur m’a confectionné un complet sur mesure. Dieu créa le monde.
Il a engendré trois enfants. Elle a accouché d’une fille. Ma chienne a mis bas deux chiots.
La Constitution de la Vème République, élaborée à l’instigation du Général de Gaulle, a établi un nouveau régime. Elle a institué un Conseil constitutionnel.
Rimbaud a composé d’admirables poèmes. Proust écrivit une œuvre géniale. Le Doyen Ripert a rédigé un traité de Droit commercial.
Il faudrait prendre de l’essence. Il serait prudent de s’approvisionner. Il a amassé une fortune importante. Ce commerçant a obtenu des résultats remarquables. Son père lui alloue une pension. Il se procure de l’argent de poche par de petits travaux. Vendez-vous de la papeterie ?
Il exécuta un bond prodigieux. Il sauta de deux mètres. Il effectue des tâches diverses. Il opéra un demi-tour. Il a expédié son devoir en une heure. Je suis occupé ce matin par le Droit civil. J’étudie le Droit. Je prépare la licence, et j’envisage de devenir juriste d’entreprise, d’embrasser cette carrière. J’ai accompli mon devoir. Il ne décide rien sans consulter son père. S’il réussit, il ira en Grèce, avant d’entreprendre le tour de la Méditerranée.
Il ne cesse de gémir sur son sort. Sa négligence a entraîné son licenciement. Il a dû parcourir une longue route avant d’arriver. Nommé récemment à Toulouse, il a prospecté toute la région. Cette paire de chaussures a duré cinq ans. Il pèse cent Kg.
« Qu’en pensez-vous ? », dit-il. « Vous avez tort » lui répondit Paul.
Ce scandale a provoqué sa démission et a occasionné un préjudice au parti. Ces diverses causes ont déterminé la société Z à fermer son usine. Le choc lui a causé un traumatisme crânien. Votre état suscite la pitié. En quoi cela vous importe-t-il ? Ayant contracté la grippe, j’ai eu 40.
À Toulouse, la Garonne dessine une courbe. La ligne mesure plus de dix Km. La Citroën C 3 coûte dans les douze mille euros. Le réservoir contient cinquante litres.

8°. - Proscrivez les expressions ridicules : Dans le cadre de, sur le plan de, au niveau de, se pencher sur (d’autant que vous risquez de tomber), les coordonnées (pour l’adresse, le n° de téléphone, etc.), le facteur temps (pour l’aspect ou l’élément temporel), part entière (s’il y a une part, il ne peut pas y avoir une intégralité), être en capacité de (pour être capable de), le sens de l’histoire (l’histoire n’a pas de sens) ; les fausses élégances : Il ne faut pas se cacher que, vous n’êtes pas sans savoir, à tant faire que (ou, pire, tant qu’à faire), au final (pour finalement), positionner ; ou l’abominable comme quoi (pour : selon, en vertu de quoi). N’imitez pas les gens des médias qui disent merci à vous pour je vous remercie.

Il est fâcheux d’assaisonner ses propos de formules telles que disons, on va dire, je veux dire, c’est vrai que, en fait, c'est parti, etc., et a fortiori de celles qui associent plusieurs de ces expressions : « bon, disons que, en fait, euh, c’est vrai que...». Je n’invente hélas rien, entendant de tels propos à l’Université, à la radio et à la télévision.

Gardez-vous d’employer bon nombre de termes devenus monnaie courante à la radio et à la télévision, tels que : Concerner (pour intéresser, regarder, toucher, affecter), complexifier (pour compliquer, obscurcir), contacter (pour entrer en rapport avec, se mettre en rapport, prendre langue, toucher, joindre, rencontrer, s’entretenir, et même prendre contact avec), émotionner (pour émouvoir), expliciter (pour expliquer, formuler), au final (pour finalement, à la fin), générer (pour produire, engendrer, créer, enfanter, provoquer, causer, occasionner, susciter, etc.), initier (pour lancer, décider, promouvoir, concevoir, créer, commencer, prendre l’initiative, etc. ; dire qu’il paraît que la langue française est pauvre !), occulter (pour masquer, cacher), opportunité (pour occasion, chance, possibilité ; opportunité signifie ce qui est opportun, comme dans l’expression l’opportunité des poursuites), piste (pour suggestion, solution, position envisageable, etc.), positionner (pour se placer, se situer, définir), le problème (pour la difficulté, la question), renseigner un document (pour le remplir , répondre à des questions), sécuriser (pour rassurer ), solutionner (pour résoudre), souligner (pour insister, faire remarquer, mettre en valeur, relever, attirer l’attention, mettre en avant), toilettage (d’une loi, pour réforme, modification, révision ; le toilettage est un mot qui ne s’emploie que pour les chiens et les chats), etc.

Dans la même veine, méfiez-vous comme du SIDA (ou presque...) des néologismes et anglicismes : acter (pour prendre acte de), addiction (pour dépendance), booster (pour stimuler, doper), conforter (pour affermir, raffermir, consolider, renforcer, soutenir, corroborer, étayer, confirmer, fortifier, assurer, rassurer, etc.), dangerosité (pour danger, dangereux), en charge de (pour chargé de), finaliser (pour achever), globalisation (pour mondialisation), impact (pour effet, influence, conséquence, retentissement, répercussion, résultat), impulser (pour lancer, promouvoir), inatteignable (pour inacessible), initialiser (pour commencer), nominé (pour mentionné, cité), overdose (pour surdose), paradigme (pour modèle), partition (pour partage, découpage, démembrement), recette (en dehors de la cuisine, pour réception, notamment d’un ensemble informatique), réaliser (dans le sens de comprendre, saisir, concevoir), réhabiliter (pour restaurer un immeuble ou un quartier), positionner ; et évitez le ridicule de formules grotesques, telle la plate-forme logistique pour désigner un entrepôt.

Évitez les pléonasmes (répétition) du genre : Ajouter en plus, s’avérer vrai, autorisation préalable, collaborer ensemble, comparer ensemble, descendre en bas, monter en haut, s’entraider mutuellement (puisque mutuellement signifie réciproquement), éblouir les yeux (puisque éblouir est frapper les yeux d’un éclat trop vif), exporter à l’étranger, un hasard imprévu, marcher à pied, se réunir à plusieurs, suivre derrière, unanimité totale, voire même, voler en l’air, etc.

N'employer pas l’affreux « que ce que ». Par exemple, écrivez : Il a mieux réussi que son travail ne le laissait présager (et non il a mieux réussi que ce que son travail laissait présager).  De même, plutôt que d'écrire "de manière à ce que" ou "de façon à ce que", simplifiez en écrivant de manière que et de façon que.

Sachez que le passé surcomposé par redoublement d’auxiliaires (j’ai eu rencontré un étudiant travailleur [signifiant il m’est arrivé de rencontrer ...], j’ai eu vu, j’ai eu étudié, etc.), souvent utilisé dans le sud-ouest et le Languedoc donne à rire (sans doute à tort), et n’est donc pas compris dans le reste de la France et de la francophonie. Mieux vaut donc ne pas l’utiliser hors des régions indiquées, ni par écrit (car il est inconnu des grammaires, bien qu’il soit apparu en ancien français dès le XIIe siècle).

9°. - Écrivez, ou dites :
- L’internet : L’usage de ce mot se calque exactement sur celui de téléphone, de radio, de télévision, de logiciel, etc. ; d’où il ne doit pas être mis avec une majuscule (ce n’est ni Dieu ni une marque) et, le cas échéant, il doit être précédé de l’article.
- Il se le rappelle (et non il s’en rappelle) ou il s’en souvient.
- Bien que, quoique - suivis du subjonctif - (et non malgré que).
- Nous sommes convenus de (et non nous avons convenu de).
- Cela comporte des difficultés, cela n’est pas facile (ou ne sera pas facile), et non cela n’est pas évident.
- Cela m’est indifférent (et non cela m’indiffère).
- Clore un débat, une séance (mais clôturer un champ).
- Partir pour Paris, aller à Paris (mais non partir à Paris). De plus, partir s’emploie avec un lieu (partir pour la Provence, pour la montagne) ; aussi l’expression partir pour une semaine, un mois, etc., n’est pas correcte : C’est s’absenter qui convient.
- Se présenter à un examen, à un concours (et non présenter un examen, etc.)
- Pallier un inconvénient (sans « à »).
- Fonder sur (et non baser).
- Elaborer une loi, l’élaboration d’une loi (non fabriquer une loi, la fabrication d’une loi).
- Comme, par exemple, ainsi, mais (seuls, et non deux de ces mots à la suite).
- Une dépression (et non une déprime ; déprimer est un verbe transitif, de sorte qu’il est fautif de dire je déprime, tandis qu’est correct je suis déprimé, ou le cours de tel professeur me déprime [horresco referens !]).
- Une disparate (mot féminin) : Ses discours et ses actions forment une étrange disparate (défaut d’harmonie).
- En revanche (et non par contre, qui n’est admis que dans le commerce, où cette locution est sans doute l’abréviation de par contre-envoi).
- Une solution de remplacement, de relève, de rechange, de substitution, un succédané (et non une alternative ; dans ce sens, c’est un anglicisme. L’alternative, en français, est une situation dans laquelle il n’y a que deux partis possibles ; en Droit, il existe ainsi des obligations alternatives. En anglais, alternative ne désigne que la seconde possibilité d’un choix).
- Un dilemme (avec deux « m »).
- L’arrêt d’une Cour, une décision du Conseil constitutionnel, mais le jugement d’un tribunal.
- La Cour de cassation casse ou rejette le pourvoi ; dans ce dernier cas elle maintient une décision (et non confirme, puisqu’elle n’est pas un troisième degré de juridiction). À propos de cette juridiction, n’employez jamais l’expression de Cour suprême qui, juridiquement, a un sens précis.
- Afin de, en vue de, pour, dans l’intention de, avec le dessein de (et non dans le but de ; cette expression est en effet illogique : Un but est visé, mais si l’on est dedans, il est atteint).
- Une loi dispose, énonce, décide, prescrit, impose, ordonne, prévoit (et non stipule : Seuls les contractants stipulent).
- Se révéler inexact (et non s’avérer inexact ; car avérer veut dire donner pour vrai, confirmer).
- Donner son assentiment (et non son accord). L’accord est un concert d’au moins deux volontés. L’accord conclu n’est la propriété d’aucune des deux parties. Il est donc impossible de donner son accord. En revanche, je puis donner mon approbation, mon assentiment, de même que je peux me déclarer d’accord avec d’autres personnes.
- Déposer une plainte (et non déposer plainte) ; porter plainte (et non porter une plainte). Porter plainte est un acte abstrait : C’est faire connaître à la justice que j’ai à me plaindre de quelqu’un. Déposer une plainte est un acte concret : Il s’agit du document matériel que je dépose sur le bureau du Procureur.
- Aller chez le coiffeur, le dentiste, etc. (et non au) ; mais aller au cinéma, à la piscine, etc. (C’est que, dans le premier cas, il s’agit d’aller chez une personne, alors que, dans le second, on se rend dans un lieu public).
- Je vais rédiger ma déclaration de revenus (et non d’impôts).
- La mère de Paul, le livre de Jacques (et non à).
- Je l’ai lu dans le journal (et non sur).
- À Toulouse ou de Toulouse (je me rends à Toulouse, je viens de Toulouse, je connais tous les bistros de Toulouse), et non sur Toulouse (qui laisserait entendre que je survole la ville en aéroplane) ; dans le langage commercial, l’usage admet l’expression « sur la place de Toulouse »).
- Etre à son aise ou confortablement installé (et non être confortable ; anglicisme).
- Dans l’avenir (et non dans le futur, qui est un temps des verbes ; son emploi en tant que nom est un anglicisme ; en revanche, l’adjectif futur est correct, comme dans le préjudice futur, lles générations futures ou les futurs licenciés).
- Je suis entré en contact avec le service du personnel de la société Arc en ciel (ou j’ai pris contact, pris langue, suis entré en rapport), et non j’ai noué un contact, car un contact se produit par la rencontre de deux objets qui, d’aucune manière ne peuvent se nouer.
- Impoli et non mal poli.
- Il vaut mieux (et non il faut mieux).
- Je vous aiderai dans toute la mesure possible, ou dans la mesure du possible, et non dans toute la mesure du possible.
- Ce n’est pas lui (et non c’est pas lui).
- Ce n’est pas de sa faute (et non c’est pas sa faute).
- Temps nécessaire (et non temps matériel, qui est un non-sens puisque, par définition, le temps est immatériel).
- Immédiatement, instantanément, incontinent, sur le champ, aussitôt (et non en temps réel, le temps éant forcément réel, même si Bergson utilisa philosophiquement cette expression).
- Je roule en ville à 50 Km à l’heure (et par heure).
- Il est dix heures cinq (et non dix heures passées de cinq minute, qui est une formule anglaise).

V. aussi le site academie-francaise.fr, rubrique actualités, puis cliquer sur le lien « Dire, ne pas dire ».

10°. - Connaissez le sens précis de certains mots ou expressions :
- Achalandé se dit d’un magasin ayant beaucoup de clients (de chalands), et non d’un magasin bien approvisionné.
- Acronyme : sigle prononcé comme un mot ordinaire (ex. : sida, ONU, CAPES).
- Adéquat : égal à son objet (et non pas convenable).
- Alpiniste s’applique à toutes les montagnes.
- Bénéficier : Ne peut avoir pour sujet que la personne ou la chose qui bénéficie. Exemple : Vous bénéficiez de cette mesure ; et non : Cette mesure vous bénéficie.
- Celui, ceux, celle, celles doivent être suivis de la préposition de ou d’une proposition relative ; exemple : Ceux qui ont été choisis (et non : Ceux choisis).
- Conséquent ne signifie pas important, mais appliqué aux choses, « qui suit logiquement » : Une conduite conséquente.
- Contexte, ensemble du texte entourant un mot, une phrase, un passage. Au figuré, l’ensemble des circonstances qui accompagnent un événement, une action ; mais cet emploi est déconseillé par l’Académie française : Milieu, entourage, environnement sont à préférer.
- Conventionnel (en dehors du sens historique) : Qui résulte d’une convention ; ne doit pas être employé au sens de traditionnel, classique (anglicisme).
- Curé : Prêtre responsable d’une paroisse (disposant d’une cure) ; ce mot n’est pas synonyme de prêtre : Tout curé est prêtre, mais tout prêtre n’est pas curé.
- Domestique (du latin domus, maison), qui se rapporte à la maison (un animal domestique), ou à la famille (une personne employée au service de celle-ci). Ne signifie pas intérieur : L’expression vol domestique (pour une ligne aérienne) est un anglicisme (sauf si l’on entend par là qu’il s’agit d’un larcin commis par un membre de la maison).
- Depuis : Préposition de sens temporel ; ne doit pas servir à désigner un lieu. Il faut dire : émission transmise de Toulouse ; je regardais de mon balcon (et non, dans les deux cas, depuis).
- Dont. Ce pronom relatif ne peut compléter un nom introduit par une préposition. Par exemple, il ne faut pas dire : Une entreprise dont je me félicite du succès, mais du succès de laquelle je me félicite.
- Entamer : commencer (et non pas terminer), couper.
- Espèce de (une espèce de). Le mot espèce est féminin, quel que soit le genre de son complément. Exemple : Une espèce d’idiot (hélas nombreux).
- Excessivement. Marque un excès et, par conséquent, un défaut. Ne doit être employé que péjorativement. Ne pas dire : Il est excessivement intelligent.
- Exprès. Le substantif désigne une personne chargée spécialement de transmettre la pensée ou la volonté de quelqu’un (par extension, lettre exprès, c’est-à-dire lettre transmise par porteur spécial). L’adverbe exprès signifie : à dessein, avec intention formelle (au féminin, l’adjectif est expresse ; exemple : La condition expresse ... ). Dans l’un comme dans l’autre le « s » final ne se prononce pas (comme dans cyprès). Le mot express (avec deux « s », anglicisme) désigne un service de transport relativement rapide et un café préparé à la vapeur.
- Grand-père (grand-mère) : N’est pas synonyme de personne âgée.
- Habitat. Ne veut pas dire habitation, mais le milieu géographique réunissant les conditions nécessaires à l’existence d’une espèce animale ou végétale.
- Initier : Suppose qu’il y ait une initiation. Ce verbe n’est pas synonyme de commencer, d’entamer ou de prendre l’initiative.
- Instance. Demande dont est saisie une juridiction. L’expression les « hautes instances » est grotesque.
- Novation : C’est un terme juridique (substitution d’une obligation nouvelle à une obligation ancienne qui s’éteint) ; ne pas employer ce mot au sens d’innovation.
- Partition : L’ensemble des parties d’une composition musicale (et, dans un emploi plus rare, les divisions d’un blason). Ne pas l’utiliser dans le sens de partage, découpage, démembrement.
- Ponctuel. Signifie la qualité d’exactitude et, en géométrie, désigne quelque chose qui peut être assimilé à un point. Hors de ces sens, l’emploi de ponctuel est de mauvais goût (sans être prohibé).
- Péripétie : Caractérise un événement important et imprévisible, provoquant un changement brusque de situation. Ne désigne donc pas un événement de peu d’importance.
- Prétexte. C’est la raison apparente dont on se sert pour masquer le véritable motif d’une action. D’où il est tautologique de parler de faux prétexte, un prétexte étant toujours faux par définition. Dire : Un mauvais prétexte, ou un prétexte spécieux.
- Réticence. Omission volontaire d’un fait que le sujet aurait dû dévoiler (comme dans le dol par réticence). À ne pas utiliser au sens de réserve, retenue, hésitation.
- Risquer. C’est courir un danger. Il est donc impropre d’employer ce verbe pour un événement heureux, sauf à se vouloir ironique. Claire risque d’échouer et non d’être reçue (elle a des chances d’être reçue).
- Sanctionner n’est pas synonyme de punir, mais de confirmer, d’approuver.
- Sans que doit se construire sans négation, même s’il est suivi d’aucun, personne ou rien, qui ont dans ces phrases un sens positif. Exemple : Sans que personne puisse s’y opposer (et non sans que personne ne puisse ... ).
- Sentence : Dans son sens général c’est un synonyme de maxime ; mais dans son sens juridique précis, la sentence est une décision d’un tribunal arbitral (cf. C. proc. civ., art. 1470 et s.).
- Sigle : Suite des initiales de plusieurs mots qui forme un mot unique prononcé avec les noms des lettres (ex. : C.G.T.); se distingue de l'acronyme (v. à ce mot).
- Solution de continuité . Cette expression est un véritable piège car, loin de signifier qui assure la continuité, elle signifie une interruption , une coupure ; la raison en réside dans le fait que le mot solution ne vient pas ici de résoudre mais de dissoudre.
- Suite à : Locution commerciale inélégante et incorrecte, à proscrire. Ecrivez : En réponse à votre lettre, ou à la suite de notre conversation du... - Et encore : Par application de l’article 1382 et non suite à l’article 1382. Et ne pas employer de suite pour tout de suite. De suite signifie l’un après l’autre, sans interruption, alors que tout de suite veut dire sur le champ, immédiatement.
- Susceptible de : N’est pas synonyme de capable. Je suis susceptible de recevoir, d’éprouver, de subir ; mais je suis capable de donner ou de faire. Un édifice est susceptible d’améliorations ; un architecte est capable de les concevoir et un entrepreneur de les réaliser.
- Surtout que est à proscrire ; le remplacer par d’autant que, d’autant plus que.
- Technologie. L’art d’élaborer, d’utiliser, de transmettre ou d’étudier une technique (de même que méthodologie ne signifie pas méthode, mais réflexion sur les méthodes). Le mot a donc un sens plus large que celui de technique. Souvent, technologie est employé abusivement - de façon pédante qui se veut savante (alors qu’il s’agit d’un anglicisme) - à la place de technique.
- Trop. Marque un excès. Il est donc ridicule de dire ou d’écrire trop bien.
- Verdict. Déclaration par laquelle la Cour d’assises répond aux questions de fait posées par son président. Ne pas l’utiliser comme synonyme de jugement ou d’arrêt.

11°. - Ne confondez pas :
- Acceptation, acception. Acceptation veut dire action d’accepter, alors qu’acception signifie soit préférence (la justice ne fait acception de personne), soit signification (d’un mot).
- Amener, ramener : Conduire en menant ; ne peut donc s’appliquer qu’aux personnes et à certains animaux animaux ; les verbes apporter et rapporter s’emploient pour les objets inanimés.
- Avérer (donner pour vrai) et se révéler. S’avérer vrai est un pléonasme, et s’avérer faux est un non-sens (l’expression convenable est se révéler faux). Il est juste de dire : Ce contrat s’avère être de mandat, ce chandelier s’avère être en métal argenté, monsieur Thomas s’avère être un bandit.
- Collision et collusion. Collision :  heurt, choc. Collusion : entente secrète et frauduleuse au détriment d'un tiers.
- Conjecture : Opinion fondée sur des probabilités, ou supposition ; à ne pas confondre avec conjoncture (situation résultant d’un ensemble de circonstances fortuites).
- Copie avec exemplaire (exemple : Photocopiez-moi ce document en vingt exemplaires).
- Courrier et lettre ou message (électronique). Le mot de courrier désigne un ensemble de lettres ou de messages (au moins potentiel : Le facteur vous apporte le courrier, même s’il n’a qu’une lettre pour vous. - V. la définition du courrier donnée par le Dictionnaire de l’Académie française: « Singulier collectif. L’ensemble des lettres, des journaux, etc., transportés par voie terrestre, maritime ou aérienne. [...] Spécialt. L’ensemble des lettres reçues ou envoyées par une personne ou une collectivité »). Ne doit pas s’employer pour qualifier une seule lettre ; il ne faut donc ni dire ni écrire : En réponse à votre courrier du 25 mai, mais En réponse à votre lettre du 25 mai.
- Décennie : Intervalle de dix ans ; décade : De dix jours.
- Le défendeur (personne contre laquelle une demande en justice est formée) et le défenseur (personne, généralement un avocat, assurant la défense d’un plaideur).
- Dessin et dessein : Le « e » supplémentaire du deuxième mot en change le sens (projet, but, intention).
- Disposition et dispositif  : En Droit, le dispositif est l’énoncé final d’un jugement ou d’un arrêt, contenant sa décision (d’une façon plus large, et extra juridique, ce mot désigne l’ensemble des moyens mis en œuvre pour parvenir à un but). Pour un juriste, une disposition désigne les questions réglées par un texte ; au pluriel l’ensemble des points tranchés. Il est donc maladroit d’écrire le dispositif adopté par la loi n°... ; il est préférable de parler des dispositions de cette loi.
- Dommage et préjudice. Dans un langage juridique précis, le dommage désigne la lésion subie, tandis que le préjudice est la conséquence de la lésion. Un voyou m’ayant violemment heurté, je suis tombé et me suis cassé le bras droit (le dommage), ce qui m’a empêché d’exercer mes tournées en tant que représentant (mon manque à gagner est le préjudice). De même, il est préférable d’employer l’expression de dommages et intérêts (comme le code civil de 1804 à une exception près), plutôt que celle de dommages-intérêts qui s’est répandue dans les textes récents : En effet, les dommages visent la réparation de la perte subie (le dommage), et les intérêts le gain manqué (le préjudice).
- Eminent et imminent. Eminent : qui domine ou, pour une personne, qui est remarquable. Imminent: : qui va se produire dans peu de temps.
- Entrer et rentrer. Un étudiant qui a miraculeusement obtenu la licence entre en maîtrise ; celui qui a échoué à la seconde session peut, s’il ne renonce pas, rentrer en seconde année (entrer de nouveau). Dans la même veine, il convient de distinguer ajouter et rajouter (ajouter de nouveau), apporter et rapporter (apporter de nouveau), copier et recopier, etc.
- Globalisation et mondialisation. La globalisation est l’action de réunir en un tout ; ce mot n’est pas admis par l’Académie française et, de plus, est souvent employé à tort au sens de mondialisation (car celle-ci se dit effectivement globalization en anglais).
- Errements et erreur. Les errements (toujours au pluriel) sont les manières d’agir habituelles. Théophane deviendra peut-être un saint, mais certainement pas un grand juriste, étant donné ses errements (consistant par exemple à passer plus de temps en dévotions qu’à étudier le cours). Ce n’est donc pas un synonyme d’erreur, qui est le fait de se tromper.
- La foi ou la bonne foi avec le foie (organe, avec un e final).
- Impétrant et postulant. L’impétrant est un postulant qui a obtenu ce qu’il demandait (diplôme, titre) ; ce n’est donc pas quelqu’un qui sollicite quelque chose.
- De par : Ne pas confondre avec de part, notamment dans l’expression de par sa qualité (ou sa nature).
- Opportunité. Caractère de ce qui est opportun, circonstance favorable, parce qu’il semble indiqué d’agir ainsi ; ne signifie pas occasion (c’est alors un anglicisme car, effectivement, occasion se dit opportunity en anglais).
- Perpétuer (faire durer) et perpétrer (faire, exécuter, commettre).
- Préjudiciel (qui doit précéder le jugement) et préjudiciable (qui cause un préjudice à quelqu’un).
- Prémices, prémisse. Prémices (toujours au pluriel) désigne les premiers fruits de la terre ou du bétail ; au figuré le commencement, le début. Prémisse désigne les deux premières propositions d’un syllogisme.
- Prêt à (je suis disposé à ; je suis prêt à partir). Ne pas confondre avec près de (je suis sur le point de ; je suis près de partir).
- Promettre et stipuler. Promettre c’est s’engager ; stipuler c’est obtenir un engagement (du latin stipulare). La promesse est normalement le fait du débiteur, la stipulation le fait du créancier. Dans un contrat synallagmatique, chacun étant débiteur et créancier promet et stipule. L’article 1119 du code civil sous-entend cette distinction. Le verbe stipuler ne peut donc pas s’employer pour le législateur, mais seulement pour les contractants.
- Projet et proposition de loi. Un projet de loi émane du Gouvernement, une proposition du Parlement.
- Rabattre, rebattre. Ne pas confondre rabattre (rabaisser) et rebattre (battre de nouveau). On rebat les oreilles de quelqu’un, mais il existe des rabat-joie ; un sujet banal est rebattu, mais un col peut être rabattu.
- Revisiter, reconsidérer et relire. J’ai revisité la galerie des bijoux de la Couronne du musée du Louvre, j’ai reconsidéré les théories de Planiol sur la notion de responsabilité contractuelle, j’ai relu Les Pensées de Pascal.
- Rustique et ancien. Un meuble de campagne est rustique ; il peut être ancien. Tout meuble ancien n’est pas rustique, tant s’en faut, par exemple ceux qui se trouvent au Palais de l’Élysée, et qui sont de provenance royale ou impériale.
- Sauf à et sauf si. Sauf à signifie quitte à, au risque de (je partirai en bateau, sauf à sombrer).
- Second et deuxième. Il est préférable d’employer second lorsque l’énumération s’arrête à deux (c’est son second fils = le dernier ; le second alinéa de l’article 1100 du code civil = le dernier), et deuxième dans le cas contraire (c’est son deuxième fils = il en a d’autres ; le deuxième alinéa de l’article 1384 = il y en a d’autres).
- Sortir et enlever. Je sors de la maison ; j’enlève mon stylo de ma poche.
- Stupéfait (adjectif qui indique un état) et stupéfié (participe passé du verbe stupéfier). Martin fut stupéfait de rencontrer Jeanne avec Augustin. Il a été stupéfait de la rencontrer en ce lieu et lui adressa de vifs reproches. L’assistance fut stupéfiée par un tel discours. J’avoue pour ma part que la conduite de Jeanne me stupéfie.
- Votre et vôtre. Votre (sans accent) s’emploie devant un nom (votre canne, votre mari) ; vôtre, avec l’accent circonflexe, dans les autres cas (cette idée est vôtre ; la vôtre est plus belle). La même subtilité pour notre et nôtre.

12°. - NÉOLOGISMES OFFICIELS

Plusieurs arrêtés ont publié des listes de néologismes officiels, pour remplacer des mots d’origine étrangère (dans les conditions prévues par le décret du 3 juillet 1996 relatif à l’enrichissement de la langue). Leur emploi est alors obligatoire, dans la mesure où le français l’est lui-même en vertu de la loi du 4 août 1994, comme l'a rappelé une circulaire du Premier ministre (JO du 21 mars 2003). Les listes de terminologie peuvent être consultées sur le site internet de la Délégation générale à la langue française (http://dglf.culture.fr). Voici quelques-uns de ces termes ou expressions qu’il convient d’utiliser.

V. aussi le site academie-francaise.fr, rubrique actualités, puis cliquer sur le lien « Dire, ne pas dire »., ainsi que le site wikilf.culture.fr

Affacturage (factoring)
Affaire (business)
Affichage (display)
Afficher (to display)
Agenda électronique (organizer)
Agent artistique (impresario)
Aide en ligne (hot line)
Aimer (liker)
Alerte aux résultats (profit warning)
Animateur de site (community manager)
Apparence, présentation, allure, style (look)
Arrosage
(spamming)
Assouplissement quantitatif (quantitative easing, ou QE), ce qui est en réalité "la planche à billets"
Autocaravane (camping-car)
Avion à réaction (jet)
Avion gros porteur
(jumbo jet)

Baladeur (walkman)
Baladodiffusion
(podcasting)
Barrière de sécurité
(firewall), mot de l’informatique
Binette
ou frimouse (emoticon, smiley)
Bloc-notes (Blog)
Boutique franche (free shop, ou duty ... )
But (goal)

Cadre (frame), mot de l’internet.
Cadreur
(cameraman)
Calendrier, minutage
(timing)
Canot pneumatique
(Dinghy)
Capital-risque (venture-capital)
Caravanage (caravaning), Caravane (camping-car)
Causette (chat), mot de l’internet
Cédérom (CD-Rom)
Centre d'appel (call center)
Cession-bail (lease back)
Chalenge (avec un seul l ) ou, en matière sportive, défi (challenge).
Coentreprise (joint venture)
Commanditaire (sponsor)
Commanditer, ou parrainer (sponsoriser)
Commerce en ligne (commerce on line)
Compagnie majeure (major)
Concentrateur (hub), mot de l’internet
Conteneur (container)
Course au tribunal (forum shopping)
Crédit-bail (leasing)

Disque compact (compact-disc)
Distribution
(dispatching)
Distribution artistique (casting)

Échange de données informatisé, en abrégé EDI (Electronic Data Interchange)
Écrasement
, ou accident (crash, d’un avion)
Emplettes, courses (shopping)
En mer (off shore)
Ensemble (package)
Entraîneur (coach ; le mot anglais de coach vient du français cocher !)
Entraînement, ou formation (training)
Epinglette (pin’s)
Éreintage (bashing)
Exclusivité (scoop) ; information donnée en ...

Façonneur d’image (spin doctor)
Filoutage (phishing)
Florilège (best off)
Formation
(training)
Forum (newsgroup), mot de l’internet
Fortuité (serendipity), don de faire par hasard des découvertes fructueuses (on peut aussi dire sérendipité)
Fouineur (hacker), mot de l’interne
Franchisage (franchising)
Franc-tireur, tireur embusqué (snipper)
Franc jeu (fair play)
Frimouse ou binette (emoticon, smiley)

Gardien de but (goal keeper)
Gérance de l’informatique
(facility management)
Gouvernement ou gouvernance de l’entreprise (corporate governance)
Groupe (pool)
Groupe de pression (lobby) ; voyez ci-dessous Influençage.

Hameçonnage (phishing)
Haut de gamme (standing)
Hypertexte (hypertext), mot de l’informatique et de l’internet.

Icône (icon), mot de l’informatique
Influençage (lobbying)
Ingénierie (engineering)
Internaute (cybernaute)

Jeune pousse (Start-up, jeune entreprise innovante à fort potentiel de croissance)
Joint venture (coentreprise)

Laboratoire didées (think-tank)
Libre-service (self service)
Liste ou listage (listing)
Liste de vérification (check-list)
Livre numérique (e.book)

Magasiner (faire les magasins, faire du shopping)
Management, mais prononcé à la française, le mot venant du français
MBA, marge brute d’autofinancement (cash flow)
Marche (footing)
Mél. (comme tél. pour téléphone), messagerie électronique (e. mail), ou le plus élégant courriel, imaginé par les Québecois.
Mentor (coach)
Mentorat (coaching)
Metteur en toile (web agency)
Modèle (pour paradigme)
Module d’extension (plug-in), mot de l’internet
Message (publicitaire ; spot)
Multipostage (spamming) 

Numéro d’urgence (hot line)

Opérateur de marché, ou négociant de marché (pour trader)
Options sur titres (stock-options)

Page sur la toile (page web)
Palmarès (hit parade)
Parrainage (sponsoring)
Porteurs d’intérêt (stakeholders)
Permutation (swap), mot de l’informatique
Pipeline, prononcé à la française (pipe line)
Pirate (cracker), mot de l’internet
Planigramme, ou calendrier, plan de charge (planning)
Post sonorisation (play back)
Pourriel (spam)
Primauté (leadership)

Rabais, ristourne (discount)
Redevance (royalty, royalties)
Réguler (to dispatch, dispatcher)
Relancer (booster, to boost)
Remue-méniges (brain storming)
Répartir, ou attribuer, distribuer, réguler (to dispatch, dispatcher)
Résidence mobile (mobil home)
Restauration rapide (fast food)
Retour en arrière (flash back)
Réunion, rencontre (meeting)
Ristourne, rabais (discount)

Sac gonflable (airbag)
Savoir-faire (know how)
Scanneur (scanner)
Service en ligne (hot line)
Servocommande (servo-control)
Société (firme)
Spectacle solo (one man show)
Stimulateur cardiaque (peace maker)
Stylique (design)
Surmenage (burn out)
Surréservation (surbooking)

Télécopie, en abrégé Tcp (fax, dérivé du latin fac simile)
Toile (web ; world wide web signifie mot à mot la toile d’araignée mondiale)
Transbordeur (car ferry, ferry boat)
Travail en réseau (networking)
Tuteur (coach)
Véhicule de loisir (camping-car)
Visualiser (to display)
Voyagiste (tour operator)
Zappage (zapping

D’autre part, il est préférable de ne pas utiliser des mots anglais qui n’existent pas, ou qui ne sont pas utilisés avec le sens qui leur sont donnés en France. Par exemple un joueur de tennis ou de rugby ne sont pas en anglais un tennisman ou un rugbyman, mais un tennis player et un rugby player. Celui qui a battu un record n’est pas un recordman mais un record holder, un présentateur de radio ou télévision n’est pas un speaker mais un announcer.

Remarques finales : bibliographie. - Pour connaître les raisons et intérêts historiques, culturels, politiques et économiques d’utiliser sa langue de façon correcte lisez, de Ph. Lalanne-Bertoudicq, Pourquoi parler français (éd. Fleurus, 1993). - C. Hagège, Au nom de la diversité des langues et des cultures (éd. Odile Jacob, 2006) ; du même, Contre la pensée unique (Odile Jacob, 2011, montrant les risques de la méconnaissance du français et l'illusion de croire que pratiquer l'anglais est suffisant pour un Français). - P.-M. Coûteaux, Être et parler français, Perrin, 2006. - Et contre ceux qui dégradent le français, B. Lecherbonnier, Pourquoi veulent-ils tuer le français ? Albin Michel, 2005; H. Bourges, Pardon My French. La langue française, un enjeu du XXIe siècle, éd. Kaermala, 2014. - Sur les vertus de la diversité linguistique (donc contre le « tout anglo-américain »), D. Volton, Demain la francophonie, Flammarion, 2006, et les ouvrages précités de C. Hagège. - Enfin, sur l’histoire du français et de l’anglais, exposée parallèlement, H. Walter, Honni soit qui mal y pense (L’incroyable histoire d'amour entre le français et l’anglais), Le livre de poche, 2006 (contient notamment des listes de mots anglais emprunté au français et vice versa, ainsi que des listes de « faux amis »).

Pour vous aider dans la connaissance de la langue je conseille vivement quelques excellents ouvrages : M. Druon (ancien Secrétaire perpétuel de l’Académie française), Le Bon français, ou un combat qui en vaut la peine, Éditions Le Rocher, 1999. - V. aussi Dupré, Encyclopédie du bon français dans l’usage contemporain, éd. de Trévise (3 tomes, 1972). - M. Grevisse, Le bon usage (Hatier, réédité régulièrement, plus de 1200 pages). - A. Thomas, Dictionnaire des difficultés de la langue française (Larousse, réédité régulièrement). - P. Rambaud, La Grammaire en s’amusant, Grasset, 2007, 12 euros (une grammaire plaisante). Il existe également un site internet très précieux (httpp://coursenligne.univ-artois.fr ; cliquer ensuite sur Langue française dans la fenêtre Tous publics).

Enfin, je signale que le dictionnairede l’Académie française, le seul ayant une valeur officielle, est disponible en ligne (http://atilf.atilf.fr/academie.htm). Le Trésor de la langue française informatisé est aussi précieux (http://atilf.atilf.fr). D’autres sites comportent des dictionnaires utiles : OrthoNet, corrigeant l’orthographe du mot recherché, tout en fournissant le cas échéant ses accords et ses conjugaisons (www.sdv.fr/orthonet) ; celui du CNRS, donnant les synonymes de la zone de saisie (http://elsap1.unicaen.fr/cgi-bin/cherches.cgi) ; enfin, Cactus 2000, donnant les conjugaisons de 140 verbes (www.cactus2000.de/fr/conif/).

IV. - DE QUELQUES USAGES ÉLÉMENTAIRES

   La plupart des jeunes gens croient être naturels
lorsqu’ils ne sont que mal polis et grossiers
(La Rochefoucauld).
La politesse, dispensatrice de quiétude, exprime le respect d’autrui et entretient l’harmonie dans les relations sociales, ce qui explique qu’elle soit aussi désignée par ce mot si exact de savoir-vivre, même si celui-ci n’est qu’apparence. Cultivez là !

  • Pour se présenter, il convient d’énoncer son prénom et son nom (ici Bertrand DUPONT), sans se donner du madame, mademoiselle ou monsieur. Ces titres ne sont d’usage que pour autrui et, dans ce cas, à l’inverse, il ne faut pas employer le nom (exemple : Dire Bonjour monsieur ou Bonjour monsieur le Professeur, et non Bonjour monsieur Durand).
  • C’est toujours à la personne la plus âgée, ou la plus importante, de tendre la main, si elle le souhaite, à quelqu’un qu’elle salue.
  • Manque de délicatesse celui qui déclare s’excuser (je m’excuse) ; un juriste pensera Nemo auditur ... ; c’est autrui qui peut nous excuser. Nous ne pouvons que prier autrui de le faire (Je vous prie de m’excuser ou, comme la pauvre Reine Marie-Antoinette qui, marchant involontairement sur le pied du bourreau qui allait la décapiter, gardant jusqu’au bout la politesse exquise de l’Ancien Régime, lui déclara, Monsieur, je vous prie de bien vouloir m’excuser).
  • Ne répondez pas, à une demande, non (ou oui), mais oui madame (mademoiselle, monsieur, Jeanne ou Pierre). Attention ! en français l’affirmative est oui et ni ouai (et encore moins OK), ni tout à fait, absolument ou les grotesques c’est parti et ça marche .
  • Sur les enveloppes, madame, mademoiselle ou monsieur doit toujours être écrit en entier. Il est possible de se contenter de l’initiale du prénom, c’est-à-dire sa première lettre et uniquement celle-ci, sauf à écrire le prénom en entier, à l’exception du prénom Philippe dont l’abréviation est Ph. (le phi grec).
  • Répondez rapidement aux expéditeurs de tous les colis, lettres, télécopies et messages électroniques (courriels) que vous recevez, ne serait-ce que pour les informer de leur arrivée. Si un auteur vous adresse un article ou un ouvrage adressez lui une lettre circonstanciée de remerciements.
    Il est particulièrement malapris de ne pas répondre quasi immédiatement aux courriels, l’expéditeur ayant choisi ce moyen de communication rapide pour obtenir une prompte réponse. Il importe donc d’ouvrir votre messagerie au minimum deux fois par jour. Sinon, ne communiquez pas votre adresse électronique !
    De plus, il n’y a aucune raison de ne pas respecter dans vos courriels les formes habituelles des lettres, que ce soit pour l’en-tête ou pour la formule de politesse (V. sur celle-ci ci-dessous), sauf dans vos messages à des intimes. Ainsi, ne commencez pas vos messages par Bonjour et ne l’achevez pas par Bien à vous (sauf, encore une fois, avec des intimes).

  • À la fin de vos lettres, et aussi de vos courriels, soignez ce qu’il est convenu d’appeler la formule de politesse, qui varie en fonction du sexe, de l’état et de l’âge de votre correspondant. Ainsi, à une femme mariée, on la prie d’agréer ses hommages, ou ses respectueux hommages (selon les âges respectifs des correspondants). À un homme respectable, plus important et plus âgé que soi, par exemple son éminent professeur de Droit civil, on écrira : « Je vous prie d’agréer, Monsieur le Professeur, l’expression de mes sentiments très respectueux » (et, éventuellement, reconnaissants) ; il est évidemment souhaitable d’être en même temps animé de ces nobles sentiments ! Il est présomptueux d’adresser ses sentiments les meilleurs, ou cordiaux, à quelqu’un de plus âgé ou de plus important que soi, et incorrect de se contenter dun « bien à vous »! (ou, pire, des formules anglaises « cordialement » ou « sincèrement »). Ne jamais écrire, à qui que se soit, « Je vous prie de croire en mes salutations distinguées » (car on ne croit pas en des salutations) ; si vous voulez employer la formule des salutations distinguées écrivez : « Je vous prie de recevoir mes salutations distinguées ». Gardez la distance convenable (selon les remarques données ci-dessus), même si votre correspondant use de formules familières à votre endroit. Ainsi, un professeur peut, par amabilité, donner du Cher ami à un thésard ou à un ATER (ou lui adresser ses sentiments cordiaux, voire l’appeler par son prénom), ce qui n’autorise pas ce dernier à reprendre cette expression dans sa réponse (ni à l’appeler par son prénom). Certains professionnels, notamment les membres des professions juridiques, ont l’habitude de finir leurs lettres ou courriels par une formule comportant l’expression de leurs « sentiments dévoués » ; elle n’est évidemment pertinente qu’envers des clients. Lorsque vous deviendrez un tel professionnel, n’utilisez une formule de ce genre qu’à bon escient (ce qui est loin d’être toujours le cas).
  • À mesure que vous viellirez et « prendrez du galon », vous changerez de formule de politesse. Mais vous veillerez à maintenir une formule déférente envers vos anciens correspondants plus âgés, et autrefois plus importants (même si, maintenant, votre rang est le même, voire si vous l’avez dépassé).
  • Utilisez votre prénom (éventuellement double, comme Anne-Marie ou Jean-Pierre), mais ne mentionnez pas l’initiale de votre second prénom. Je ne signe pas mes articles Philippe F. (ni Ph. F.) le Tourneau. Il s’agit là d’un usage américain ; il s’explique historiquement par le petit nombre de noms patronymiques qui existaient jadis aux Etats-Unis d’Amérique du nord : Il permettait donc de distinguer les homonymes.
  • L’usage du chewing-gum est à proscrire en public. Celui de la cigarette n’est admissible qu’après avoir sollicité et obtenu la permission des personnes présentes, et sous réserve des dispositions qui en réglementent l’usage.
  • Il est grossier de bailler en public (fût-ce aux corneilles ou aux tourterelles). Résistez le plus possible à cette envie, même si vous trouvez le cours fastidieux ; en cas d’impossibilité de vous retenir, masquez ce geste disgracieux par vos mains.
  • Ayez un brin de déférence pour vos maîtres. Laissez-les passer aux portes et, dans les couloirs, écartez-vous !
  • Installez vous dans la salle de cours avant l’heure. C’est à vous à attendre le professeur, et non à celui-ci d’attendre que vous vous installiez.
  • Arrivez à l’heure, par courtoisie envers l’enseignant et envers vos condisciples. Si, d’aventure, vous arriviez une fois en retard, soyez le plus discret possible ; allez vous asseoir sans faire de bruit à la place la plus proche.
  • Ne jetez pas de papier par terre, par respect de vous-même et des autres, notamment du personnel de service.
  • En entrant dans les bâtiments de l’Université et, a fortiori, dans une salle de cours, les garçons enlèvent leur casquette, bonnet et autres couvre-chefs.
  • En hiver, veillez à maintenir fermées les portes des entrées et halls sils sont chauffés. Quant aux salles de cours fermez les radiateurs plutôt que douvrir les fenêtres.
  • Lorsque vous quittez une salle de cours ou de TD éteignez l’éclairage. Ce ne sont pas là des règles de politesse, mais de bon sens à appliquer en considération de l’intérêt général, qui doit guider vos actions (alors que la tentation règne actuellement de l’individualisme, chacun ne songeant quà ses petits intérêts et ses médiocres avantages personnels).
  • Sauf urgence ou grande intimité, il est malséant de téléphoner à quelquun de plus âgé que soi ou de plus important que soi.
  • Le téléphone mobile doit être utilisé avec modération, en veillant à ne pas gêner ; son usage est mal venu dans les lieux publics.

V. - QUELQUES MAXIMES, EXPRESSIONS & MOTS LATINS

A. - MAXIMES

- Accessorium sequitur principale (l’accessoire suit le principal)
- Actio non natæ non currit præscriptio (pas de prescription de l’action avant sa naissance)
- Actor sequitur forum rei (le demandeur saisit le tribunal du défendeur)
- Actori incumbit probatio (la preuve incombe au demandeur)
- Contra non valentem agere non currit praescriptio (la prescription n’a pas couru contre celui qui a été empêché d’agir)
- Culpa lata dolo æquiparatur (la faute lourde est équivalente au dol)
- De minimis non curat prætor (le préteur, comprenez le juge, ne s’occupe pas d’affaires insignifiantes)
- De non vigilantibus non curat prætor (le préteur ne s’intéresse pas au négligent)
- Dies non interpellat pro homine (l’échéance du terme ne vaut pas mise en demeure)
- Electa una via, non datur recursus ad alteram (une voie choisie, il n’est pas possible de revenir à l’autre)
- Error communis facit jus (l’erreur commune est créatrice de droit)
- Exceptio est strictissime interpretationis (les exceptions doivent être interprêtées très strictement - ce qui ne veut pas dire restrictivement -. J.-R. Binet, Exceptio est strictissime interpretationis : L’enfant conçu au péril de la biomédecine, dans Libre Droit. Mélanges en l’honneur de Philippe le Tourneau, Dalloz, 2007, p. 85 et s.).
- Fraus omnia corrumpit (la fraude corrompt tout)
- Genera non pereunt (les choses de genre ne périssent pas)
- Impossibilium nulla obligatio (il n’y a pas d’obligation quand l’objet est impossible)
- In lege Aquilia et culpa levissima veniet (dans la loi Aquilia, c’est-à-dire en matière délictuelle, la faute la plus légère est prise en considération)
- In pari causa turpitudinis cessat repetitio (pas de répétition, c’est-à-dire de restitutions, en présence d’une faute égale).
- Locus regit actum (la forme de l’acte est réglée par le lieu)
- Malitiis non est indulgendum (pas d’indulgence pour la mauvaise foi)
- Neminem lædit qui suo jure utitur (celui qui use de son droit ne lèse personne)
- Nemo auditur propriam turpitudinem allegans (personne ne peut alléguer sa propre faute)
- Nemo contra se subrogare censetur (nul n’est censé avoir subrogé contre soi)
- Nemo dat quod non habet ou Nemo plus juris ad alium transfere potest quam ipse habet (nul ne peut transférer à autrui plus de droit qu’il n’en a lui-même)
- Nullum crimen, nulla pæna sine lege (il n’y a pas d’infraction sans texte)
- Pacta sunt servanda (les conventions doivent être respectées)
- Prior tempore potior jure (le premier en date est le premier en droit)
- Quæ temporalia ad agendum perpetua sunt ad excipiendum (l’action est temporaire, l’exception est perpétuelle)
- Quod nullum est nullum producit effectum (ce qui est nul ne produit aucun effet)
- Res inter alios acta aliis neque nocere neque prodesse potest (la chose convenue entre les uns ne nuit ni ne profite aux autres : effet relatif des contrats)
- Res judicata pro veritate habetur (la chose jugée est tenue pour vraie)
- Res perit creditori / debitori / domino (la perte est pour le créancier / le débiteur / le propriétaire)
- Solus consensus obligat (le consentement oblige à lui seul)
- Specialia generalibus derogant (ce qui est spécial déroge à ce qui est général)
- Ubi emolumentum, ibi onus (là où est le profit, là est la charge)
- Ubi Iex non distinguit nec nos distinguere debet (là où la loi ne distingue pas il ne faut pas distinguer)
- Volenti non fit injuria (on ne fait tort à qui consent)

B. - EXPRESSIONS ET MOTS LATINS

- Ab initio (dès le début). - In limine litis (au début du procès)
- Accipiens (celui qui reçoit le paiement) ; - solvens (celui qui paie)
- Ad nutum (sur un signe = par la seule volonté)
- Ad probationem / solemnitatem / validitatem (pour la preuve / la solennité constitutive / la validité)
- Affectio societatis (intention de s’associer dans une société).
- Animus (intention) ; animus donandi (intention libérale = volonté de donner) ; animus cooperandi (intention de coopérer dans un contrat).
- Bonus pater familias (bon père de famille)
- Causa proxima / remota (cause la plus proche / la plus éloignée)
- Culpa in contrahendo / in eligendo / lata (faute dans la conclusion du contrat / dans le choix / lourde)
- Damnum emergens (perte éprouvée). - Lucrum cessans (le gain manqué)
- De in rem verso (restitution de la chose)
- De lege ferenda (dans la perspective d’une réforme de la loi)
- Dolus bonus / malus (bon dol, mauvais dol)
- Erga omnes (à l’égard de tous)
- Ex æquo et bono (en fonction du juste et de l’équitable)
- Exceptio non adimpleti contractus (exception d’inexécution du contrat)
- In (dans).
- In abstracto, in concreto (abstraitement, concrètement)
- Infans (enfant en bas âge)
- In solidum (en entier)
- Instrumentum (instrument = acte)
- Intuitu personæ (en considération de la personne). Le contrat de mandat est conclu intuitu personæ. L’intuitus personae de ce contrat (nominatif).
- Mutuus consensus / dissensus (consentement mutuel, dissentiment mutuel)
- Ne varietur (sans changement)
- Non ædificandi (ne pas construire : Servitude de ...)
- Patientia principis (patience du prince ; il en survit des manifestations, à défaut de l’expression, par exemple dans l’article 1244-1 du C. civil)
- Penitus extraneus (au singulier), extranei (au pluriel) : tiers complètement étranger au contrat
- Post mortem (après la mort)
- Praeter legem (à côté de la loi)
- Pretium doloris / stupri (prix de la douleur / du stupre)
- Pro forma (pour la forme)
- Quantum (montant)
- Rebus sic stantibus (les choses demeurant en l’état)
- Restitutio in integrum (restitution intégrale)
- Sine qua non (sans laquelle non ; sous entendu : condition...)
- Solo consensu (par le seul effet du consentement)
- Sui generis (propre à une espèce, à un genre, unique)

C. - SENS DE QUELQUES ABRÉVIATIONS USUELLES

- Contra (en sens contraire)
- Dig. (Digeste, avec un « e » final)
- Dixit (a dit)
- i. e. = id est, c’est-à-dire)
- Ibid ou ibidem (au même endroit)
- Id ou idem (le ou la même)
- Infra, supra (ci-dessous ou plus loin ; ci-dessus ou plus haut)
- Op. et loc. cit. = opus et loco citatis (ouvrage et endroit cités)
- V°, Vis = verbo, verbis (mot, mots)
- Via (par)
- Vs. = versus

VI. - DE LA MÉTHODE CARTÉSIENNE

La méthode cartésienne demeure la meilleure qui soit pour l’étude d’une question. En voici un résumé :
a) ne rien admettre comme vrai qui ne soit évident ;
b) diviser chacune des difficultés en autant de parcelles qu’il se pourrait et qu’il serait requis pour les mieux résoudre ;
c) toujours aller du simple au composé ;
d) faire des dénombrements si entiers et des revues si générales qu’on soit assuré de ne rien omettre.

VII. - PRIÈRE DE SAINT THOMAS D’AQUIN AVANT L’ÉTUDE

Creator ineffabilis, qui de thesauris sapientiae tuae tres angelorum hierachias designasti, et eas super caelum empyreum miro ordine collocasti, atque universi partes elegantissimae disposuisti ; tu, inquam, qui verus fons luminis et sapientiae diceris, atque supereminens principium : infudere digneris super intellectus mei tenebras tuae radium claritatis, duplices in quibus natus sum, a me removens tenebras, peccatum scilicet, et ignorantiam. Tu, qui linguas infantium facis disertas, linguam meam erudias, atque in labiis meis gratiam tuae benedictionis infundas. Da mihi intellegendi acumen, retinendi capacitatem, addiscendi modum et facilitatem, interpretandi subtilitatem, loquendi gratiam copiosam ; ingressum instruas, progressum dirigas, egressum compleas : Tu qui es verus Deus et homo, qui vivis et regnas in saecula saeculorum. Amen.

TRADUCTION

Créateur ineffable qui, des trésors de votre Sagesse avez élu trois hiérarchies d’anges et les avez établies dans un ordre admirable au-dessus des cieux,
qui avez disposé avec tant de beauté les parties de l’univers ;
Vous que l’on appelle la vraie Fontaine de Lumière et de Sagesse, et le Principe suréminent,
daignez verser sur les ténèbres de mon intelligence, un rayon de votre clarté ; écartez loin de moi la double obscurité où je suis né : le péché et l’ignorance.
Vous, qui rendez éloquente la langue des petits enfants, façonnez ma parole et versez sur mes lèvres la grâce de votre bénédiction.


Donnez la pénétration de l’intelligence,
la faculté de me souvenir,
la méthode et la facilité de l’étude,
la profondeur dans l’interprétation
et une grâce abondante d’expression.
Fortifiez mon étude,
dirigez-en le cours,
parfaites-en l’issue,
Vous qui êtes Vrai Dieu et vrai homme,
et qui vivez dans les siècles des siècles. AMEN.

VIII. - CONSIDÉRATIONS FINALES

A. - L’alcool et les accidents de la circulation.

Je me sens le devoir d’attirer votre attention sur la tempérance, en général, et en particulier quand vous devez conduire.
D’une part, parce que la prise répétées de fortes doses d’alcool, même de façon épisodique lors de soirées de « défonces », provoque des lésions des zones cérébrales (en particulier de l’hippocampe), entraînant des troubles de la connaissance et psychiques et, à long terme, une destruction de neurones, sans compter que l’alcool est à l’origine de nombreux cancers, de maladies du foie et de troubles cardio-vasculaires.
D’autre part, parce que l’alcool (avec il est vrai la vitesse) est la cause d’un nombre croissant d’accidents de la route impliquant des jeunes (victimes mais aussi auteurs). Un quart des accidents de la route touchent aujourd’hui des jeunes, avec un chiffre de morts en hausse, en valeur absolue et en pourcentage, alors que le nombre total de morts sur la route baisse en France.
Il y a eu dans notre pays 3250 morts en 2013 sur les routes et près de 26000 blessés hospitalisés (ces chiffres sont en très forte diminution par rapport à ceux d’avant 2002, depuis que le gouvernement a marqué sa volonté de lutter contre ce fléau, à l’instigation du Président de la République de l’époque, Jacques Chirac, ce qui montre bien qu’il n’est pas une fatalité ; des milliers de vies ont été sauvées: 11000 de 2002 à 2010 ; en 2001, il y avait eu 7720 morts sur les routes françaises, et 16200 en 1971, l’année la pire ; les radars automatiques ont largement contribués à la réduction de la vitesse et à la diminution du nombre de victimes ; le slogan populiste selon lequel ils sont des "pompes à fric" est erroné, car si les PV des radars rapportent 590 millions d'euros, dont il faut déduire leur coût de 200 millions, le coût annuel des accidents en France est de 25 milliards d'euros). Alors que la circulation de nuit ne représente que 10 % du trafic automobile, les accidents qui se produisent durant cette période provoquent 37 % des blessés graves et 46 % des morts sur les routes. Les samedis et dimanches la majorité d’entre eux ont pour auteurs et victimes des jeunes. 92 % des accidents impliquent la responsabilité du conducteur (c’est-à-dire que 8% résultent de l’état du réseau, de cas de force majeure - chutes d’arbres, etc. - ou de fautes d’un tiers).
Depuis la diminution de la vitesse, la majorité des accidents des accidents mortels sont liés à l’alcool. Deux verres de vin pour un homme pesant 75 Kg augmentent déjà le risque d’accident mortel par deux !
6% des accidents résultent de l’usage d’un téléphone mobile en conduisant (quatrième cause de mortalité, après l’alcool, la vitesse et le non port de la ceinture de sécurité). Il est démontré que l’attention des automobilists se relache grandement lorsqu’ils téléphonent, même avec un dispositif de mains libres (utiliser un portable en conduisant, même avec un dispositif laissant les mains libres, multiplie par huit le risque d’accident) ; donc, proscrivez l’usage du mobile en conduisant ; si vous estimez indispensable de téléphoner, arrêtez vous sur un aire de stationnement (donc pas n’importe où !). N’omettez pas de boucler la ceinture de sécurité, y compris aux places arrières. L’absence de ceinture est maintenant la troisième cause de décès accidentel ; près de 400 vies humaines pourraient chaque année être sauvées si tous les occupants bouclaient leur ceinture.
Depuis la Libération (1945), les accidents de la circulation ont provoqué plus de morts en France qu’Hitler, et plus de blessés que la guerre de 1914-1918 !
Soyez donc conscients de ces risques, évitez-les pour vous et pour les autres. En un mot, soyez responsables ! Avant une soirée, désignez un conducteur qui ne boira pas d’alcool (pas une goutte), afin de ramener ses passagers en toute sécurité.
Et mettez-vous bien dans la tête que savoir conduire ne consiste pas à savoir aller vite, ce qui est facile aujourd’hui, même les petites voitures pouvant atteindre des vitesses élevées. Le bon conducteur est celui qui est capable d’aller lentement, en respectant la réglementation, ainsi qu’en tenant compte des conditions atmosphériques, de sa fatigue, etc.
En outre, je vous rappelle que les règles du code de la route ne sont pas réservées aux automobilistes. Elles s’appliquent aussi aux piétons, aux conducteurs de motos et des autres engins à deux roues, notamment les limitations de vitesse. Le nombre de conducteurs de tels engins, auteurs et victimes d’accidents, souvent très graves, est en progression constante.

B. - Les drogues

Les diverses drogues procurent de prime abord certaines sensations agréables, mais toutes ont des effets néfastes (en ce sens l’expression de «drogue douce» est trompeuse). Je n’indiquerai ci-dessous que les principaux. Ils dépendent de la fréquence de la consommation et de l’état psychologique du sujet. Un des plus graves est la dépendance, qui est en réalité une alinéation de la liberté du « drogué », aggravée par l’accoutumance qui l’oblige, pour retrouver des sensations, à augmenter les doses et à passer à des drogues plus dures.

- Le tabac détend, stimule, rassure. Il crée une forte dépendance. Il est à l’origine d'un cancer sur quatre et de nombreuses maladies cardio-vasculaires. Il cause plus de cent mille morts par an en France. A la suite de diverses incitations, la consommation de cigarettes a diminué en France de 4,6 % de 1995 à 2005; il faut continuer dans ce sens.

- Les médicaments antidépresseurs (dont la France est le premier consommateur du monde par habitant) excitent, troublent le comportement et rendent fortement dépendant. Ils peuvent néanmoins être prescrits sur ordonnance médicale dans cas précis, pour lesquels ils sont bénéfiques.

- L’ectasy permet de se surpasser. Mais après sa prise son consommateur risque la déshydratation, l’angoisse et la dépression. Il est particulièrement dangereux pour les asthmatiques, les cardiaques et les diabétiques.

- Le cannabis rend gai, apaise, voire endort. Mais à une certaine dose il a pour effets immédiats d’empêcher de travailler, de brouiller la vue et la perception du temps, de provoquer des angoisses, de créer des trouble du langage et de la coordiantion motrice. Même à petite dose, il provoque des difficultés d’attention, cause chaque année de la mort d’une centainde de jeunes par accident de la circulation.
Il produit aussi des effets différés : perte de la mémoire ; dépendance psychologique ; diminution de la présence de spermatozoïdes chez les hommes, et présence de cycles sans ovulation chez les femmes ; cancers bronchiques et des voies aérodigestivees supérieures (bouche, pharynx, oesophage et larynx) ainsi que le cancer du testicule ; dépressions chez les filles. Chez les gros consommateurs, il crée un risque élevé de schizophrénie dans les cinq ans. Enfin, il perturbe durablement le cerveau, et c'est ce risque est d'autant plus important que l'usage du cannabis a commencé tôt.

- La cocaïne a pour effet rapide de procurer l’euphorie, une certaine indifférence à la douleur et à la fatigue, une impression d’agileté intellectuelle. Mais elle accélère le rythme cardiaque, provoque des crises de panique et de paranoïa, et crée une sérieuse dépendance psychique.

- L’héroïne rend euphorique et provoque un état d’extase. Elle crée rapidement une forte dépendance, engendre de stroubles du sommeil et du comportement alimentaire. En cas d’injection, il existe un risque de contamination du sida et de l’hépatite C, ainsi que « d’overdose ».

- La consommation de drogues pousse aux suicides, de plus en plus nombreux chez les jeunes (c’est en France leur première cause de mortalité), sans que la communauté nationale semble s’en émouvoir, alors qu’une série de suicides de salariés de France Telecom en 2009 a soulevé une tempête médiatique. Le taux de suicide est dans ce pays de 17 pour 100.000 (mais beaucoup plus chez les jeunes, et un peu moins chez les salariés de France Telecom : 15 pour 100.000).